nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

EXCLUSIF La démolition de l'église du Très-Saint-Sacrement envisagée

EXCLUSIF La démolition de l'église du Très-Saint-Sacrement envisagée
Cogeco Nouvelles

Église du Très-Saint-Sacrement

EXCLUSIF : L'Église du Très-Saint-Sacrement pourrait être démolie !

il y a 4 mois

Le FM93 a appris que l'église Saint-Sacrement, située au haut de la côte du même nom, pourrait fermer et même passer sous le pic des démolisseurs.

C'est l'une des éventualités à l'étude alors que les coffres de la fabrique sont à sec, et que des travaux de l'ordre de 3M$ seront nécessaires dans un horizon de 10 ans.

Environ 75 paroissiens ont été informés de cette hypothèse vendredi dernier lors d'une assemblée lors de laquelle le conseil de fabrique a dressé un sombre portrait de la situation.

L'église se trouve dans un tel état de détérioration qu'un paroissien nous a confié que c'était comparable à «la gangrène».

Le curé de la paroisse, le père Gérard Busque, a refusé de confirmer cette information, indiquant qu'il était prématuré d'avancer une telle éventualité. Qu'un rapport avait été commandé par l'Archevêque afin d'avoir un portrait complet de la situation.

Au Diocèse, le Vicaire général nous a indiqué que la situation de l'église était «difficile», voire même «très critique».

Mgr Marc Pelchat n'a pas caché que les paroissiens de la nouvelle paroisse fusionnée auront à réfléchir sur la nécessité de conserver trois églises, soit l'église Saint-Charles-Garnier, Saint-Michel-de-Sillery, et celle du Très-Saint-Sacrement. Le même genre d'exercice que celui effectué dans la nouvelle grande paroisse Saint-Jean-Baptiste, et qui a mené à la désacralisation de l'église du même nom.

Une réflexion qui devra être guidée par l'ampleur des travaux de maçonnerie et de toiture. Des travaux qui étaient insoupçonnés avant l'effondrement en mai dernier d'une partie de la façade ouest.

Une situation financière précaire

Depuis, des travaux de plus de 775 000$ ont été réalisés pour sécuriser la façade et solidifier les deux clochers. Une facture qui a complètement fait disparaître le coussin d'environ 400 000$ que possédait la fabrique.

De surcroît, le Diocèse a accordé un prêt de 300 000$ à la fabrique afin qu'elle puisse payer ses factures. Un prêt qui sera difficile à rembourser, puisque les entrées d'argent annuelles couvrent à peine les coûts d'opérations.

La date effective de la fusion des trois paroisses, soit le 1er janvier 2019, pourrait marquer la fin des activités pastorales entre les murs de l'église construite entre 1919 et 1923.

Une date, qui aurait été mentionnée lors de la rencontre, mais que le père Busque et le Diocèse ont refusé de nous confirmer.

En guise de remplacement, on envisagerait de construire sur le site un tout nouveau centre communautaire multifonctionnel.

Le monastère situé à l'arrière de l'église pourrait également changer de vocation, puisque les Pères du Très-Saint-Sacrement, et les autres religieux qui y résident compteraient quitter les lieux d'ici cinq ans.

À terme, les paroissiens seraient invités à se recueillir à l'église Saint-Charles-Garnier, comme ce fut le cas durant la fermeture temporaire de l'église du Très-Saint-Sacrement.

Pas d'aide de la Ville

La Ville de Québec ne se portera pas au secours de l'église du Très-Saint-Sacrement qui pourrait disparaître du portrait.

Alors que les travaux nécessaires dans les 10 prochaines années s'élèvent à 3M$, la fabrique et le Diocèse envisagent la fermeture de l'église et sa démolition.

La vice-présidente du comité exécutif, Marie-Josée Savard, explique que cette église ne compte pas parmi celles qui pourraient bénéficier de l'enveloppe de 30M$ destinée aux églises patrimoniales...

« On a des choix à faire, puis les choix se sont arrêtés à huit églises. On ne peut pas ouvrir à d'autres églises. »

Marie-Josée Savard, vice-président du comité exécutif

La valeur patrimoniale de l'église du Très-Saint-Sacrement a été jugée supérieure par la Ville, mais le ministère de la Culture ne lui a accordé aucune protection patrimoniale. 

Quart de nuit WE

En direct de 00:00 à 03:00

1883
100

Quart de nuit WE

avec Sylvain Ménard

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.