nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Le Canada peut-il viser le premier rang à Pyeongchang?

Le Canada peut-il viser le premier rang à Pyeongchang?

Photomontage olympique.ca

L'objectif du Canada de «lutter pour le premier rang» aux Jeux de Pyeongchang est légèrement différent que lors des deux éditions précédentes des Jeux d'hiver, lorsque les hauts dirigeants du programme olympique au pays affirmaient publiquement viser le premier rang pour le nombre total de médailles.

«En tant qu'athlète, je n'ai jamais vraiment aimé que des personnes qui ne font pas vraiment partie de mon équipe me disent combien de médailles j'allais gagner», a précisé la présidente du Comité olympique canadien (COC), Tricia Smith, médaillée d'argent en aviron aux Jeux de 1984.

«Lutter pour le premier rang, c'est ce que nous faisons en tant qu'athlète. C'est un objectif logique pour nous en tant qu'organisation.»

La délégation canadienne arrivera donc à Pyeongchang avec un objectif moins précis et plus facile à atteindre. Et la profondeur et l'expérience de cette délégation permettent certainement d'espérer voir l'unifolié terminer au sommet du tableau des médailles avec une récolte record.

«Il s'agit probablement de notre meilleure équipe de tous les temps», a affirmé la directrice générale du programme À nous le podium, Anne Merklinger.

Les Allemands, le pays modèle

L'Allemagne est toutefois sur une lancée, accumulant à un rythme effréné les podiums aux championnats du monde et au circuit de la Coupe du monde. Le Canada devrait donc lutter avec les États-Unis et la Norvège pour le deuxième rang au décompte total des médailles.

Selon le décompte de À nous le podium, les athlètes canadiens ont récolté 26 médailles lors des plus récents mondiaux de chaque sport d'hiver, derrière l'Allemagne (34) et tout juste devant les États-Unis (25).

Du côté des Coupes du monde, les athlètes allemands ont accumulé 188 podiums avant le début des Jeux de Pyeongchang, le 9 février. La Norvège suit avec 127 médailles, tandis que le Canada partage le troisième rang avec les États-Unis avec 116 médailles chacun.

Lors des Jeux de Vancouver en 2010, le Canada avait remporté 26 médailles, ce qui lui a conféré le troisième rang à ce chapitre. Cependant, les 14 médailles d'or remportées par les athlètes en rouge et blanc représentent un record des Jeux olympiques d'hiver.

La Russie en perte de vitesse

La Russie a glissé du premier rang des Jeux de 2014 en raison des nombreuses infractions de dopage. Puisque le Canada obtiendra une médaille de bronze en luge à relais, son total des Jeux de Sotchi passera à 10 médailles d'or, 10 d'argent et six de bronze. Les États-Unis en ont obtenu 28 et la Norvège également 26.

Depuis les Jeux de Sotchi, le développement des statistiques analytiques, une augmentation de l'appui financer des athlètes «NextGen», une meilleure capacité à prévenir et traiter les blessures et la présence de nombreux entraîneurs de qualité ont permis au Canada de rester dans le peloton de tête pour 2018, selon Merklinger.

Si les suspensions d'une quarantaine d'athlètes russes pour les Jeux de Pyeongchang par le Comité international olympique ne sont pas annulées en appel, les chances de médailles du Canada pourraient être encore meilleures dans les sports de glisse, le patinage de vitesse, le ski de fond masculin et le skeleton féminin.

«Si la Russie ne peut pas compter sur sa 'meilleure équipe' en raison d'un scandale de dopage, je ne vais pas me sentir mal pour eux», a déclaré le fondeur Devon Kershaw, qui en sera à ses quatrièmes Jeux olympiques.

Plusieurs espoirs de médailles pour le Canada

Les patineurs de vitesse, les skieurs acrobatiques, les planchistes, les patineurs artistiques et les équipes de sports de glisse devraient mener la charge pour le Canada à Pyeongchang.

Le spécialiste des bosses Mikaël Kingsbury, la pilote de bobsleigh Kaillie Humphries, les danseurs sur glace Tessa Virtue et Scott Moir, le planchiste Maxence Parrot, le patineur de vitesse courte piste Charles Hamelin, l'équipe de hockey féminin et les formations de curling menées par Kevin Koe et Rachel Homan font partie des favoris pour l'or.

L'absence de joueurs de la LNH au tournoi de hockey masculin - une première depuis 1994 quand le Canada a perdu en fusillade en finale - rend les prédictions difficiles.

Alex Harvey, champion du monde en titre au 50 km, espère offrir au Canada une première médaille en ski de fond masculin.

Le planchiste Jasey-Jay Anderson deviendra à l'âge de 42 ans le premier Canadien à participer à six Jeux d'hiver. Il a gagné l'or en slalom géant en parallèle en 2010.

Du côté des nouvelles disciplines olympiques, le Canada pourrait monter sur le podium en big air en surf des neiges et en départ de masse en patinage de vitesse longue piste. Le Canada luttera aussi pour une médaille en curling double mixte et lors de l'événement mixte en équipe en ski alpin.

Le Canada dépense annuellement 200 millions $ de l'argent des contribuables pour le sport haute performance, incluant les sports d'hiver et d'été, ainsi que le sport paralympique.

Le chef de la direction du COC, Chris Overholt, a aussi mentionné en 2016 que 105 millions $ avaient été donnés par des commanditaires lors des quatre années précédentes.

Les athlètes reçoivent un boni de la part du COC pour chaque médaille - 20 000$ pour l'or, 15 000$ pour l'argent et 10 000$ pour le bronze. Les montants accordés aux entraîneurs des médaillés sont la moitié de ceux des athlètes.

Quart de nuit WE

En direct de 00:00 à 03:00

1892
100

Quart de nuit WE

avec Sylvain Ménard

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.