Le campement des Murailles, à La Romaine/Hydro-Québec
Hydro-Québec a banni à vie 27 travailleurs en trois ans du chantier de La Romaine pour des infractions liées à la drogue.

La société d'État a réagi ce matin aux allégations d'un ex-travailleur de la construction et du syndicaliste Ken Pereira, qui soutiennent que la consommation de drogue est endémique sur le chantier hydroélectrique.

Selon le porte-parole Mathieu Rouy, sept individus ont été bannis pour possession de drogue dans le but d'en faire le trafic au fil des trois dernières années.

Vingt autres ont été définitivement renvoyés, pendant la mêm epériode, pour possession simple de quantités importantes de drogue.

D'autres contrevenants, dont le nombre n'a pas été précisé, ont été sanctionnés avec plus ou moins de sévérité selon le cas.

Hydro-Québec admet également qu'entre 5,000 et 20,000 $ retirés du guichet automatique sont utilisés chaque semaine ailleurs qu'au bar, au restaurant ou au magasin général, les seuls points de consommation officiels du chantier.

M. Rouy souligne cependant que le quart des travailleurs, à chaque semaine, se trouve en congé et retourne à la maison.

On indique que le ration d'agents de la paix est d'un pour 100 travailleurs sur le chantier La Romaine, alors que le ratio est d'un agent pour 500 citoyens dans la société civile.