Pierre Paradis/PC
QUÉBEC - L'ex-ministre de l'Agriculture Pierre Paradis est finalement blanchi des allégations d'inconduite sexuelle qui pesaient contre lui.

Il ne devra donc répondre d'aucune accusation criminelle.

Il reste maintenant à savoir si l'ex-ministre libéral et député de Brome-Missisquoi pourra être réintégré dans le caucus libéral et au conseil des ministres.

M. Paradis est en congé de maladie prolongé, depuis maintenant six mois, à la suite d'une vilaine commotion cérébrale qui a laissé d'importantes séquelles.

Preuve insuffisante

À la suite du dossier d'enquête mené par la Sûreté du Québec, la Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a conclu lundi que la preuve n'était pas suffisante pour porter des accusations contre M. Paradis.

Une ancienne employée de cabinet de M. Paradis avait porté plainte contre lui, alléguant qu'il lui avait fait subir des gestes à caractère sexuel sur les lieux de travail.

«Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) n’est pas raisonnablement convaincu de pouvoir établir la culpabilité de cette personne», a indiqué par voie de communiqué le DPCP, lundi, en parlant de M. Paradis.

«En conséquence, aucune accusation criminelle ne sera déposée dans ce dossier», ajoute le DPCP.