QUÉBEC - Malgré les orientations résolument vertes du gouvernement Couillard et son appui au développement du transport en commun, les députés de l'Assemblée Nationale ne privilégient manifestement pas cette option pour se déplacer.

Le projet de Service rapide par bus a été massivement appuyé par les députés québécois, et qualifié notamment de "priorité" par le chef du Parti Québécois Jean-François Lisée et de projet aux "avantages méconnus" par le ministre des Transports Laurent Lessard.

L'Assemblée Nationale fait partie des organismes bénéficiant d'une entente avec le Réseau de transport de la Capitale (RTC) qui accorde un rabais de 10 % sur l'abonnement mensuel, avec retenue à la paie.

Or, aucun d'entre eux ne s'est prévalu de cet incitatif auquel ils ont droit concernant le transport en commun.

Le FM 93 a appris que tous les députés bénéficient cependant d'un espace de stationnement à l'hôtel du Parlement.

Cet espace est payé à même leur salaire au coût de 300 $.

Il faut toutefois rappeler que la majorité des députés résident à une courte distance de la Colline parlementaire.

Allocation aux députés pour le transport

Les députés de l'Assemblée Nationale disposent déjà d'une allocation pour leur transport, allant de 8000 $ à 20 000 $ par année selon la superficie de leur circonscription.

Le député d'une circonscription moyenne à Québec obtiendra par exemple une allocation d'environ 725 $ par mois, qu'il reçoit sans devoir présenter de pièce jusificative.

Un député en provenance d'une circonscription hors Capitale-Nationale décroche par ailleurs 0,45 $ par kilomètre parcouru entre sa résidence et le Parlement.

Québec Solidaire réagit

Appelé à réagir, le parti piloté par Françoise David a tenu à rectifier les habitudes de transport de ses députés.

"Les 3 député(es) prennent le train entre Montréal et Québec.

Exceptionnellement, l'un d'eux prendra sa voiture si nécessaire (par exemple, s'il (elle) doit se rendre en région avant ou après).

À Québec, Françoise marche jusqu'au bureau. Manon prend son vélo. Amir prend le bus. Mais ils ont en effet des stationnements à leur nom, qui servent cependant peu."