• Accueil
  • «Est-ce que les chefs montréalais veulent un Guide Michelin?»
Le Guide Michelin à Toronto

«Est-ce que les chefs montréalais veulent un Guide Michelin?»

«Est-ce que les chefs montréalais veulent un Guide Michelin?»
Getty Images

Le Guide Michelin fait son arrivée au Canada. On y retrouve pour la première fois un restaurant de Toronto. À quand Montréal?

Au micro de l’animateur Patrick Lagacé, la journaliste et chroniqueuse culinaire Lesley Chesterman explique l’historique et le fonctionnement du Guide Michelin, véritable ouvrage de référence pour la cuisine gastronomique à travers le monde.

Le prestige de voir son restaurant inscrit à ce guide - créé au XXe siècle - est primordial pour certains chefs, particulièrement ceux de France.

« Le Guide Michelin est tellement mythique qu’il y a des chefs, comme Bernard Loiseau, qui, quand il a eu peur de perdre une étoile (il en avait trois), s’est suicidé (en 2003). Ça montre à quel point c’est sérieux pour les grands chefs français. Et pour plusieurs chefs, c’est super important.

« Est-ce que c’est important pour les jeunes chefs de Toronto? Ça, c’est une autre question. Mais ce que j’aime bien avec le Guide Michelin, c’est que ce ne sont pas des stars qui sont les critiques.

« Ce sont des gens qui rentrent anonymement, comme des clients et ils ont des critères. Est-ce que le service est aussi bien que la cuisine, que le cadre, que la vaisselle, etc.? Et Michelin, c’est très Français dans le sens que c’est l’art de bien manger. Il faut dire que c’est aussi très cher. Mais c’est très sérieux. »

Comme le guide est international, une étoile – ou un macaron, comme ils disent en France – amène automatiquement une affluence de touristes internationaux. 

Et à Toronto, le guide va combler un vide.

« Toronto n’a plus un seul critique de restaurant associé à un journal. Alors, qu’est-ce qui se passe, Michelin rentre… »

Et pourquoi le Guide Michelin a attendu si longtemps avant « d’arriver » au Canada, tellement la scène gastronomique de Montréal, de Toronto et de Vancouver est en effervescence depuis des années?

« L’argent! Il faut payer pour que les guides Michelin viennent dans votre ville. Et on parle de beaucoup d’argent! Toronto a payé… Les villes qui sont dans le Guide Michelin, ce sont des gens qui ont donné beaucoup d’argent au Guide Michelin pour venir couvrir leur scène culinaire, pour faire venir les gens à l’international. Mais il faut payer.

« Mon contact anonyme à Toronto me dit qu’il y a des plans pour Montréal et Vancouver. Moi, je suis une très fière montréalaise qui a parlé de la gastronomie ici durant longtemps (pour The Gazette). Les gens peuvent me battre jusqu’à la fin de ma vie, mais je pense que l’on mange beaucoup mieux à Montréal qu’à Toronto. »

« Par contre, Toronto a beaucoup monté dans la qualité depuis une dizaine d’années. On mange beaucoup mieux à Toronto qu’avant. Mais est-ce c’est meilleur qu’à Montréal? Je dirais non.

« Mais est-ce que les chefs Montréalais veulent un Guide Michelin? Ça, c’est une autre histoire. »

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Bouchard en parle
En ondes jusqu’à 18:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.