Le Mazda CX-3 2020 : est-il condamné à mort ?

Le Mazda CX-3 2020 : est-il condamné à mort ?Auto123.com
Mazda CX-3 2020

Nous mettons à l’essai le Mazda CX-3 2020, et nous nous penchons au passage sur la question de l’avenir du modèle. En a-t-il un? Peut-être…

L’arrivée du CX-3 chez Mazda pour l’année 2016 n’a pas été une surprise. On assistait alors à une vague de nouveaux produits dans le segment tout jeune des VUS sous-compacts. Le constructeur ne faisait que joindre la parade. Ce qui était plus étonnant, c’était son format.

Le CX-3 venait se placer sous le CX-5, pas de surprise là. Cependant, en adoptant un gabarit le situant entre la Mazda2 d’alors et la Mazda3, on cherchait la réelle différenciation. En fait, la seule d’importance était la disponibilité de la traction intégrale, car autrement, c’est à peine si on avait plus avec ce modèle qu’avec une Mazda3 à hayon.

Le chargement ? La différence est tellement négligeable que ce n’est rien pour écrire à sa mère. Au volant, ça aurait pris un guide pour noter les différences dans la présentation.

Voici Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours.

Voir notre essai du Mazda CX-30 2020

Mazda CX-3 2020, avant

Malgré tout, le produit a connu du succès. Le format, le rouage intégral et un prix alléchant, autant d’éléments qui ont joué en sa faveur. Conséquemment, on peut parler d’un succès pour cette première génération de modèle. Cependant, voilà que cette dernière arrive en fin de parcours et que son avenir semble incertain.

L’est-il vraiment ? Qu’est-ce que Mazda devrait faire ? Voyons voir.

Une approche qui plaît
Malgré le poids des années, le CX-3 demeure populaire, car ce qu’il propose plaît et répond aux besoins de nombreux consommateurs. On faisait référence au prix un peu plus haut. Avec une première invitation sous les 21 000 $ et la possibilité d’obtenir un modèle à rouage intégral pour moins de 25 000 $, Mazda vise juste. Il faut seulement éviter de payer trop, comme avec une version GT. À plus de 31 000 $, celle-ci représente une moins bonne affaire.

Mazda CX-3 2020, intérieur

Tout est dans la retenue ici. Évaluez bien vos besoins afin de faire le bon choix. Sachez qu’avec la version de base GX, vous profitez des applications Apple CarPlay et Android Auto, ainsi que de la téléphonie Bluetooth, soit l’essentiel en matière de connectivité. Il faut cependant passer à la livrée GS pour trouver des sièges chauffants et un volant chauffant. Cette variante, avec la traction intégrale, vous soulagera d’un montant variant entre 25 000 $ et 26 000 $.

Si la sécurité est votre dada, vous devrez vous déplacer au sommet de la gamme pour retrouver une kyrielle d’aides à la conduite.

Enfin, sachez qu’avec la version de base à 21 045 $, vous devrez utiliser vos deux pieds pour conduire et que le rouage intégral n’est pas possible. Avec la boîte automatique, le prix de cette variante augmente de 1300 $.

Mazda CX-3 2020, deuxième rangée

Juste assez
Sous le capot, une seule mécanique élit domicile, soit un 4-cylindres de 2 litres bon pour 148 chevaux et 146 livres-pieds de couple. La puissance est acceptable ici, sans plus. Disons qu’il est important de bien planifier certaines manœuvres comme les dépassements et les entrées d’autoroute.

Les deux boîtes de vitesses, manuelle et automatique, comptent chacune six rapports et font du bon boulot.

Surtout, elles contribuent à l’agrément de conduite qui demeure une des forces du CX-3 lorsqu’on le compare à ses rivaux. Tout est relatif, toutefois, soyons clairs ; le petit VUS de Mazda n’est pas un véhicule « sportif ».

En fait, l’expérience au volant qu’il propose est à l’image de sa dotation et de sa gamme de prix ; une affaire de compromis. Pour une majorité d’acheteurs, il n’en faut pas plus.

Mazda CX-3 2020, profil

L’avenir ?
Si le CX-3 fait encore la « job » comme on dit, il est vieillissant. Et avec le CX-30 qui vient de se pointer dans la gamme, de nombreuses voix se sont élevées pour annoncer son départ après 2020. Bien que la chose ne soit pas impossible, ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Pour l’instant, Mazda n’aurait aucune intention de le sacrifier pour laisser toute la place à sa recrue.

En fait, il n’y a qu’à regarder ce qui se fait ailleurs pour comprendre. Si Hyundai peut faire coexister le Kona et le Venue, Mazda peut très bien vivre avec un CX-3 et un CX-30 dans sa gamme. Le public ne fait que réclamer des VUS sous-compacts et c’est ce qu’on lui donne.

Seulement, le CX-3 devra être repensé, et plus tôt que tard. Le poids des années commence à lui faire mal. Pire, c’est à peine si on peut différencier, à distance, un CX-3 d’un CX-30 et d’un CX-5. Pour vendre des produits qui se ressemblent, ces derniers doivent être… différents.

Mazda CX-3 2020, trois quarts arrière

Et, question de mettre les choses en perspective, ce n’est pas Mazda qui va décider de l’avenir du CX-3, ultimement, mais le consommateur. Si les ventes du produit, actuel ou renouvelé, continuent d’être bonnes aux côtés de celles du CX-30, les deux vont demeurer au catalogue.

Quant à savoir ce qu’on lui réserve, au moment d’écrire ces lignes, c’est le néant. Il faudra se montrer patients.

Conclusion
Si vous êtes intéressés par un CX-3, sachez que vous ne faites pas une mauvaise affaire, mais que pour environ 3000 $ de plus, vous mettez la main sur un produit plus moderne et plus spacieux avec le CX-30, sans oublier la Mazda3 à traction intégrale.

À partir de là, ça devient une question de choix et de priorités.

Mazda CX-3 2020, trois quarts avant

On aime

Belle allure
Expérience positive au volant
Disponibilité de traction intégrale
Abordable (sauf le modèle haut de gamme)

On aime moins

Vieillissant
Moteur un peu anémique
Modèle haut de gamme très cher
Peu d’espace de chargement

La concurrence principale

Buick Encore
Ford EcoSport
Honda HR-V
Hyundai Kona
Kia Niro
Mitsubishi RVR
Nissan Kicks
Subaru Crosstrek
Toyota C-HR

Mazda CX-3 2020, sur la route Mazda CX-3 2020, phare Mazda CX-3 2020, feu
En direct de 10:00 à 18:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.