14 voitures abordables des années 80 pour mon garage de rêve

14 voitures abordables des années 80 pour mon garage de rêve
Ford Mustang GT 1985
Auto123.com

Notre collaborateur élabore une liste de voitures abordables des années 80 qu’il aimerait bien voir dans son garage. Or, des voitures de rêve accessibles, ça existe toujours !

Je suis né en 1978. J’ai donc grandi avec des voitures des années 70 et 80 autour de moi. Ce sont ces modèles qui ont engendré cette passion qui m’habite depuis que je suis assez grand pour reconnaître et déchiffrer les écussons des voitures qu’on croise sur la route.

Aujourd’hui dans la quarantaine, je me vois confronté à de beaux problèmes comme, par exemple, celui qui consiste à me procurer une voiture de collection des années 80; une période pourtant reconnue pour avoir accouché de quelques-unes des pires créations de l’histoire. Heureusement, entre 1980 et 1989, les constructeurs ont aussi concocté de petits bijoux.

Pour ce « palmarès », j’ai donc choisi de me concentrer sur ces modèles, plus précisément ceux que je peux encore m’offrir en 2021 avec un budget de 25 000 $. C’est la somme qu’il faudrait verser pour repartir au volant d’une berline compacte neuve ayant un équipement « moyen ».

Shopicar.com, 100% en ligne, magasinez votre voiture, achetez en ligne et on vous livre au Québec!

Bien entendu, cette liste ne comporte aucun critère particulier, à l’exception du budget de référence et de l’incontournable agrément de conduite qu’on doit ressentir lorsqu’on prend le volant d’une voiture plus âgée.

Note : Croyez-moi, le montage de cette courte liste a nécessité quelques heures de remue-méninges. Elle aurait facilement pu s’étirer beaucoup plus !

Volkswagen Golf GTI (1986-1992)

Volkswagen Golf GTI

Mes deux premières voitures ont été des Volkswagen compactes de l’époque : un coupé Fox et une berline Jetta Mk II. Il est donc tout à fait normal que je veuille retourner aux sources après tout ce temps.

Sur les photos, on peut apercevoir une Golf GTI 16V 1991, celle dont la cylindrée du moteur 16 soupapes atteignait 2,0 litres et sa puissance 131 chevaux. La voiture était équipée d’une excellente boîte de vitesses manuelle à cinq rapports et c’était à peu près tout. En réalité, n’importe quelle Golf GTI de deuxième génération comblerait mes attentes, mais cet exemplaire de 1991 représente, selon moi, le meilleur de la Golf Mk II.

Volkswagen Golf GTI Volkswagen Golf GTI

BMW Série 3 Touring (1988-1994)

BMW Série 3 Touring

La BMW Série 3 familiale de deuxième génération n’a jamais été offerte en Amérique du Nord, du moins pas de manière officielle. Pour mettre la main sur un exemplaire tout à fait irrésistible comme cette 325iX Touring, il faut demander l’aide d’un courtier automobile.

Le choix de motorisations ne manque pas, mais pour une expérience de conduite typique de BMW, une version munie d’un 6-cylindres en ligne et d’une boîte manuelle sera probablement le meilleur choix pour se déplacer au quotidien, sans les coûts exorbitants requis pour faire l’acquisition de la sublime M3 de la génération E30, la même que cette familiale des années 80.

BMW Série 3 Touring, profil BMW Série 3 Touring, arrière

Jaguar XJ Série 3 (1979-1992)

Jaguar XJ

La grande dame anglaise n’est probablement pas la voiture la plus fiable de la planète et sa conduite est celle d’une berline confortable. Alors, il n’y a là rien pour écrire à sa mère. Mais, bon, l’avez-vous regardée ? Rien que pour ses lignes intemporelles, elle mérite de se retrouver dans mon garage.

Jaguar XJ, profil Jaguar XJ, intérieur

Chevrolet C/K (1973-1987)

Camion Chevrolet C/K

L’ancêtre du Silverado commence petit à petit à voir sa valeur augmenter. Surnommée « square body » à cause de son design très carré, cette camionnette pleine grandeur était partout au début des années 80. Tristement, aujourd’hui, le meilleur pour en trouver une semble être une exposition de voitures anciennes !

Face au Silverado moderne, le pickup Chevrolet fait office de dinosaure, mais en 1972 au moment du dévoilement de la troisième génération de camionnettes Chevrolet, la série C/K était révolutionnaire à plusieurs niveaux.

Camion Chevrolet C/K, trois quarts avant Camion Chevrolet C/K, profil

Camionnette Toyota (1983-1988)

La camionnette Toyota

Un peu de nostalgie s’il vous plaît ! Dans le long métrage hollywoodien Retour vers le Futur de 1985 mettant en vedette Michael J. Fox et Christopher Lloyd, on peut apercevoir une version légèrement retravaillée de la camionnette nipponne, en livrée 4x4. Un peu comme l’a fait Pontiac avec sa Firebird Trans Am dans la trilogie Cours après moi shérif, le placement publicitaire de Toyota fait encore parler de lui plus de trente ans après la sortie du film.

Mentionnons également la fiabilité incomparable de cette camionnette.

Camionnette Toyota, trois quarts avant Camionnette Toyota, intérieur

Suzuki Samurai (1981-1988)

Suzuki Samurai

Le mini 4x4 nippon a conquis les foules à son arrivée en sol nord-américain. Moins cher et plus maniable qu’un Jeep, et assurément très fiable, ce « Jeep miniature » s’adressait à un public jeune.

S’il est vrai qu’en 2021, ce genre de véhicule n’a plus sa place sur nos routes – ses origines remontent à bien avant l’entrée du Samurai sur le marché, il n’en demeure pas moins qu’un 4x4 léger, fiable, peu gourmand à la pompe et qui peut même affronter des conditions hors route très difficiles possède plusieurs atouts dans son jeu.

Suzuki Samurai, trois quarts avant

Jeep Cherokee (1984-2001)

Jeep Cherokee Chief

Le Jeep Cherokee n’a peut-être pas une histoire aussi étoffée que le Wrangler et ses ancêtres, mais ce 4x4 à l’allure « carré au possible » fait encore l’objet d’un mini culte, plus de trente ans après son introduction. Fait à noter, ce modèle fut commercialisé jusqu’en 2001.

Sous cette silhouette de VUS se cache un authentique 4x4 capable d’affronter des conditions très difficiles. Et puis, il y a ce moteur 6-cylindres en ligne de 4,0 litres qui se montre très bien adapté au châssis.

Jeep Cherokee Limited Jeep Cherokee Pioneer

Toyota Cressida familiale (1985-1988)

Toyota Cressida

Ceux qui me connaissent savent que j’ai déjà possédé une Toyota Cressida 1990. Cette voiture était déjà dans un état lamentable lorsque je l’ai « sauvée ». À ce moment-là, elle soufflait ses 25 bougies. Et pourtant, cette vieille épave d’une autre époque fonctionnait aussi bien qu’à ses débuts.

À l’époque, la Cressida jouait le même rôle que joue l’Avalon depuis plus d’une décennie. C’était une Lexus avant l’heure. Munie d’une increvable mécanique à 6 cylindres en ligne et même d’une boîte manuelle, pour certaines versions, cette berline serait une très belle trouvaille, surtout actuellement alors que sa valeur commence à augmenter. Cependant, ce serait encore plus incroyable de dénicher une familiale, ne serait-ce que pour profiter du duo d’essuie-glaces sur la lunette du hayon, une particularité inusitée de ce modèle.

Toyota Cressida, profil Toyota Cressida, arrière

Toyota Corolla GT-S (1984-1987)

Toyota Corolla GT-S

Poursuivons chez Toyota avec l’une des icônes de la drift, cette discipline qui a pris naissance sur les routes sinueuses du Japon. La Corolla GT-S de la génération AE86 est elle aussi sur une montée fulgurante, sur le marché de l’occasion. Les exemplaires nord-américains encore en ordre sont de plus en plus rares, tandis qu’une livrée importée du Japon peut facilement dépasser les 25 000 $.

N’empêche, ce coupé agile doté d’une mécanique qui adore les hauts régimes et d’une architecture à roues arrière motrices, voilà le genre de voiture qui fait sourire son conducteur.

La nouvelle Toyota GR 86 2022 s’approche encore plus de ce que voulait accomplir Toyota en 1983 lorsqu’on a présenté la nouvelle version de son petit coupé abordable.

Toyota Corolla GT-S, trois quarts arrière Toyota Corolla GT-S, intérieur

Chrysler Conquest TSi (1983-1989)

Chrysler Conquest TSi

Ce sympathique coupé compact n’est en fait qu’une Mitsubishi Starion des années 80 préparée pour la marque américaine. Sa présence sur nos routes est assez rare, mais quelques amateurs curieux ont importé cette voiture sport aux formes anguleuses.

En authentique sportive, la Conquest TSi (ou Mitsubishi Starion si vous préférez) transmet la puissance de son moteur 4-cylindres atmosphérique de 2,6 litres (ou turbocompressé de 2,0 litres pour les livrées nipponnes) aux roues arrière motrices par le biais d’une boîte manuelle à cinq rapports.

Chrysler Conquest TSi, avant Chrysler Conquest TSi 1987, arrière Chrysler Conquest TSi 1987, intérieur

Mazda RX-7 Turbo II (1987-1992)

Mazda RX-7 Turbo II

Pour la deuxième année-modèle de la deuxième génération de sa sportive RX-7, Mazda a choisi un turbocompresseur à l’équation. Le petit moteur rotatif 13B livrait 146 chevaux en version atmosphérique, mais le turbo haussait la puissance à 182 chevaux.

Avec cette ligne classique, cette RX-7 qui est également connue sous le nom de code « FC » n’a pas pris une seule ride. Même la planche de bord simple au possible se montre invitante pour n’importe quel amateur de conduite.

Mazda RX-7 Turbo II, trois quarts avant Mazda RX-7 Turbo II, profil

Porsche 944 Turbo (1986-1991)

Porsche 944 Turbo

La Porsche 944 Turbo figure dans cette liste pour les mêmes raisons que la Mazda RX-7 FC. Le coupé Porsche est encore relativement abordable et la puissance de son moteur est amplement suffisante. Initialement, son 4-cylindres turbo produisait 217 chevaux, mais sa puissance a éventuellement grimpé à 247 chevaux. De plus, à l’instar de la RX-7, ce coupé 2+2 aux lignes intemporelles bénéficie d’une distribution de masse idéale.

Il faudra faire vite pour en loger une dans votre garage, car les beaux exemplaires atteignent déjà les 25 000 $.

Porsche 944 Turbo, profil Porsche 944 Turbo, avant Porsche 944 Turbo, intérieur

Ford Mustang LX (1979-1993)

Ford Mustang LX

La célèbre Mustang « Fox body » est assurément l’une des voitures les plus populaires du continent. Il y a probablement suffisamment de pièces de remplacement pour approvisionner les propriétaires de ce modèle jusqu’en 2050 ! De plus, la flexibilité de la plateforme rend les projets de modifications plutôt simples à réaliser.

Le son du V8 de 5,0 litres d’une « Fox body » me rappelle les belles années de mon enfance et de mon adolescence. Et même si la valeur de ces Mustang grimpe rapidement, il est encore possible de trouver un exemplaire bien conservé pour une somme raisonnable.

Ford Mustang GT Ford Mustang GT, intérieur

Dodge Omni GLHS (1987)

Dodge Omni GLHS

Il est probablement trop tard pour dénicher une Dodge Omni GLHS (Goes Like Hell S’more), cette version très spéciale retravaillée par Carroll Shelby lui-même, qui succédait à la GLH (Goes Like Hell) plus « ordinaire ». C’est que, voyez-vous, seulement 500 exemplaires de cette sportive format de poche ont quitté les ateliers Shelby en 1986.

Le préparateur a réussi l’impossible en transformant une vulgaire voiture populaire pour en faire un monstre d’accélération. L’Omni GLHS pouvait compter sur un moteur 4-cylindres turbo de 2,2 litres de cylindrée livrant 175 chevaux. En 1986, le magazine américain Road & Track a réalisé un temps de 6,7 secondes pour le 0-96 km/h, un temps encore rapide selon les standards de 2021. Cela dit, une Omni GLH suffirait amplement à accrocher un sourire à mon visage.

Dodge Omni GLHS, profil Dodge Omni GLHS, intérieur
Bouchard en parle
En direct de 15:00 à 18:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.