nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars ic more vert 36px cloud download 95like 2 phone 2
  • Accueil
  • DPJ : hausse marquée des signalements en Chaudière-Appalaches

DPJ : hausse marquée des signalements en Chaudière-Appalaches

DPJ : hausse marquée des signalements en Chaudière-Appalaches Pexels.com

Le nombre de signalements retenus par la DPJ de Chaudière-Appalaches a bondi de 14,5% l'an dernier.

Au total, ce sont plus de 2100 signalements qui ont été retenus, et ce sont les cas de négligence qui sont les plus fréquents. (troubles de santé mentale des parents, toxicomanie, insalubrité, instabilité, manque de surveillance, enfant laissé seul, ou sous alimenté)

Cette hausse, supérieure à celle de la moyenne provinciale, fera l'objet d'études approfondies, mais déjà la directrice de la protection de la jeunesse, Caroline Brown, y voit une piste d'explication... 

« Y'a pas de de situation socio-démographique ou économique en Chaudière-Appalaches qui pourraient expliquer ça. Des fermetures de d'usine, des choses comme ça, on n'a pas ça, même que les études au niveau de nos tout-petits (0-5 ans) nous disent que les conditions de vie de nos enfants sont supérieures à l'ensemble de la province. Moi, je pense que c'est plus la confiance, la connaissance des gens de la protection de la jeunesse. On en parle beaucoup. Je pense que c'est ça qui fait que les gens signalent davantage. »

Pendant ce temps, la hausse enregistrée dans la région de la capitale-nationale était de 4,2%.

Si les cas de négligence sont les plus fréquents sur la rive-sud, ce sont les abus physiques qui le sont sur la rive-nord.

La directrice de la protection de la jeunesse de la Capitale-Nationale, Dominique Jobin, nous a confié qu'en raison du plein emploi, les familles d'accueil étaient une «denrée rare».

Mort de la petite Rosalie : l'enquête toujours en cours

L'implication de la DPJ dans la triste histoire de la petite Rosalie Gagnon, retrouvée sans vie en avril dernier dans une poubelle, n'a toujours pas été tirée au clair.

Rencontrée ce matin à l'occasion d'une conférence de presse, la directrice de la protection de la jeunesse de la capitale-nationale, Dominique Jobin, nous a indiqué que l'enquête n'est pas terminée...

« L'enquête est toujours en cours. On attend les recommandations de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, qui enquête la situation, puis on va attendre les recommandations. Vous pouvez être certains que ces recommandations-là vont être appliquées à la lettre quand on va les avoir. »

Sans vouloir confirmer ou infirmer avoir reçu des signalements concernant la fillette et sa mère accusée d'infanticide, la DPJ avait à l'époque reconnu qu'elle n'était «pas à l’abri de faire des erreurs». 

Bonsoir les sportifs

Bonsoir les sportifs

avec Ron Fournier

En direct de 21:30 à 00:00
1949
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.