• Accueil
  • Les policiers s’unissent contre l’alcool et les drogues

Les policiers s’unissent contre l’alcool et les drogues

Les policiers s’unissent contre l’alcool et les drogues Photo : Benjamin Aubert / FM93

Les différents corps policiers de la région de Québec ont uni leurs forces jeudi soir dans le cadre de l’Opération VACCIN (Vérification Accrue de la Capacité de Conduite – Intervention Nationale). En effet, les policiers de Québec, de Lévis, de la Sureté du Québec, de Contrôle Routier Québec et du Canadien National ont participé à l’installation de barrages routiers contre l’alcool et les drogues au volant de chaque côté du Pont de Québec.

En place de 21h à minuit, les barrages ont permis d’arrêter au moins une conductrice de 39 ans. Celle-ci a fourni un échantillon d’haleine de 274 mg par 100 mL de sang, soit plus de trois fois la limite permise. Sur la Rive-Nord, 325 véhicules ont été vérifiés par les agents de la paix. Un bilan complet de l’opération devrait être dressé en matinée vendredi. D’autres arrestations pourraient avoir eu lieu du côté de Lévis.

L’opération ayant notamment pour but de sensibiliser les conducteurs contre les dangers de l’alcool et des drogues au volant, les policiers ont remis des cartes de souhaits du temps des fêtes aux automobilistes rencontrés. Un message rappelant la loi se trouvait à l’intérieur de ces cartes.

Pas d’effet cannabis, mais le GHB prend de la place...

Selon Pierre Collin, lieutenant du Service de Police de la Ville de Québec, la légalisation du cannabis le 17 octobre dernier n’a pas eu d’effet sur le nombre d’arrestations pour conduite avec les facultés affaiblies dans la région de Québec.

À ce jour, au SPVQ, 11 agents évaluateurs sont en mesure de procéder à des tests qui permettent de mieux détecter des drogues dans l’organisme humain. Charles-David Jones fut l’un des premiers à occuper ce poste qui existe depuis seulement quelques années. Il affirme que le GHB se retrouve dans 70% des cas de conduite avec les facultés affaiblies pas la drogue dans la région de Québec. « En analysant les statistiques du laboratoire, on se rend compte que la région de Québec est celle où l’on retrouve le plus haut taux d’abus de substance de GHB au moment de la conduite comparativement aux autres régions administratives», affirme-t-il. Selon lui, seulement 40% des dossiers impliquent de la marijuana.

Bientôt plus facile pour les policiers

À compter du 18 décembre prochain, il sera plus facile pour les policiers d’intercepter des conducteurs au volant de leur véhicule alors qu’ils sont en situation de capacités affaiblies. Contrairement à la règlementation actuellement en vigueur, les agents de la paix n’auront plus à avoir des motifs raisonnables de croire qu’un chauffeur conduit sous l’effet de l’alcool ou de drogues avant de lui demander de passer un test de dépistage. Ils pourront dorénavant l’exiger de façon aléatoire, a expliqué le lieutenant du SPVQ, Pierre Collin. Il ne serait toutefois pas étonnant de voir ces nouvelles dispositions règlementaires être contestées devant les tribunaux.

Quart de nuit WE

Quart de nuit WE

avec Sylvain Ménard

En direct de 00:00 à 03:00
2569
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.