• Accueil
  • Les évêques du Québec ne prônent pas le retrait des enfants des cours d’éducation à la sexualité

Les évêques du Québec ne prônent pas le retrait des enfants des cours d’éducation à la sexualité

Les évêques du Québec ne prônent pas le retrait des enfants des cours d’éducation à la sexualité

La publication d’un document pédagogique semblant encourager les parents catholiques à retirer leurs enfants des cours d’éducation à la sexualité offerts par le ministère de l’Éducation depuis septembre dernier suscite la controverse.

Selon la compréhension de certains observateurs, l'archevêché de Montréal proposait aux parents québécois opposés aux objectifs d'enseignement sexuel du ministère de l'Éducation de donner eux-mêmes la matière à leurs enfants en se procurant un outil pédagogique rédigé par un membre du clergé et un médecin cardiologue.

Or, le porte-parole du Diocèse de Québec, Jasmin Lemieux Lefebvre, estime qu’il s’agit d’un malentendu.  

«Lors de la plénière des évêques catholiques de septembre dernier, ils ont évoqué la question des cours d’éducation sexuelle et à aucun moment, il a été préconisé le retrait des enfants du cours d’éducation à la sexualité. Le diocèse de Montréal va partager sous peu un communiqué pour bien montrer que c’est une initiative personnelle d’un prêtre de Montréal avec un médecin»

«Il y a une belle communion de tous les évêques du Québec à savoir qu’on ne désire pas le retrait des enfants, mais on pense que les parents catholiques doivent avoir un bon dialogue avec leurs enfants, de façon complémentaire à ce qu’ils vont recevoir (dans les cours d’éducation à la sexualité)»

Contre le retrait

Rappelons que les cours d'éducation à la sexualité sont offerts par le ministère de l'Éducation depuis septembre dernier. Pour les élèves du primaire, il s'agit de cinq heures de cours par année, alors que pour les élèves du secondaires, il s'agit d'une formation de 15 heures par année. 

À la suite de cette controverse, de nombreuses voix se sont exprimées en faveur du maintien de ces cours. L'Ordre professionnel des sexologues du Québec (OPSQ) affirme que l’éducation sexuelle doit être donnée par des personnes dûment formées et que cette formation donnée dans les écoles du Québec respecte le développement psychosociale des élèves. 

«L’éducation à la sexualité donnée par des personnes formées est un gage de protection pour les jeunes. On sait que le contenu développé par le ministère respecte le développement psychosexuel des enfants. Donc, c’est faux de dire que de nommer les parties génitales avec les enfants, c’est une offense. Au contraire, ça donne des mots aux enfants pour pouvoir parler si jamais il arrive quelque chose. Quand on pense que les enfants du primaire ont souvent accès à la pornographie sur Internet, donc il se pose des questions» 

La Grand-Messe du rock

La Grand-Messe du rock

avec François Jacques

En direct de 10:00 à 18:00
1385
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.