• Accueil
  • 40 ans de prison pour Alexandre Bissonnette : «Il regrette tellement son geste»

40 ans de prison pour Alexandre Bissonnette : «Il regrette tellement son geste»

40 ans de prison pour Alexandre Bissonnette : «Il regrette tellement son geste» PC / Archives
Alexandre Bissonnette

Lucie Côté a enseigné à Alexandre Bissonnette à deux reprises au secondaire. Elle a été une témoin privilégiée de l'intimidation dont son élève a été victime.

Vendredi, le juge François Huot a imposé une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant une période de 40 ans à Alexandre Bissonnette. 

Bissonnette a tué six personnes et en a blessé cinq autres à la grande mosquée de Québec le soir du 29 janvier 2017.

Une sentence sévère

Bien qu’elle trouve cette sentence sévère, l’enseignante qui est maintenant à la retraite estime que le juge lui a laissé un peu d’espoir.

 

«Faire mourir quelqu’un en prison, c’est un décès par incarcération. La peine de mort a été abolie sous tous ses angles. J’aurais souhaité 25 ans ou 30 ans. C’est un emprisonnement à vie»

«Mais il faut qu’il expie ce qu’il a fait, c’est atroce. Ç’a été l’horreur, mais il y a lieu de réhabilitation. Le juge a laissé une bonne place à la réhabilitation. Connaissant Alexandre, je suis convaincu qu’il va s’y mettre»

Intimidé pendant de nombreuses années

En entrevue avec Paul Arcand lundi, Lucie Côté a affirmé que l'intimidation et le harcèlement constants dont Alexandre Bissonnette a été victime au primaire et au secondaire, expliquent pourquoi il a perpétré son crime. 

«Alexandre, c’était un adolescent frêle. Il frôlait les corridors. Il était intimidé depuis le primaire. Je m’apercevais dans la classe qu’il se passait des choses. On ricanait de lui. Dans les corridors, c’était une bonne poussée d’épaule, il r’volait dans le mur. On lui feintait des claques dans la figure et on arrêtait à moins de deux pouces de son visage»

«Alexandre, c’était un silencieux. Jamais, il ne s’est confié. Son père, c’était son confident et il n’en a jamais parlé à son père»

«Avec toute cette intimidation, cette violence gratuite, il ne s’est jamais libéré de ça. Je vois Alexandre comme un presto. Il a accumulé une forme de colère qui a fomenté en lui. Le bouchon du presto a levé et il a perdu sa vie dans une minute 54 secondes»

«Un enfant qui se fait harceler, semaine après semaine, mois après mois, année après année. Il ne se fait pas d’amis, ses relations sociales sont coupées parce qu’il y a tout le temps quelqu’un sur son dos. L’enfant qui vit ça, qui ne parle jamais, c’est très lourd. Je vous dirais que ça détruit une vie»

Regrets sincères

Selon l’enseignante à la retraite qui a reçu une lettre et un appel téléphonique de son ancien élève depuis son incarcération, Alexandre Bissonnette regretterait énormément ses gestes.

«Il regrette tellement son geste, il en parle tous les jours à ses parents»

La Grand-Messe du rock

La Grand-Messe du rock

avec François Jacques

En direct de 10:00 à 18:00
1252
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.