• Accueil
  • Attentat en Nouvelle-Zélande: «C'est presque le lendemain du 29 janvier»

Attentat en Nouvelle-Zélande: «C'est presque le lendemain du 29 janvier»

Attentat en Nouvelle-Zélande: «C'est presque le lendemain du 29 janvier» Cogeco Nouvelles
Boufeldja Ben Abdallah, porte-parole du Centre culturel islamique

L'attentat meurtrier en Nouvelle-Zélande ébranle particulièrement la communauté musulmane de Québec. Pour plusieurs, de douloureux souvenirs refont surface...

Les images des fusillades perpétrées vendredi dans deux mosquées de Christchurch leur rappellent la souffrance vécue en 2017.

Le co-président de la Grande Mosquée de Québec, Mohamed Labidi, dit revivre les mêmes émotions qu'au lendemain de la tuerie à la Grande Mosquée de Québec. 

«C'est presque le lendemain du 29 janvier, c'est une journée triste pour nous. On pense à aider nos frères, ce sera probablement monétaire.»

M. Labidi en a profité pour ramener le fait qu'il croit que la sentence donnée à Alexandre Bissonnette doit être la plus sévère possible pour arrêter ce type d'agissements. 

«Ça rejoint l'idée que la sentence doit être le plus sévère possible pour arrêter ces types d'agissements parce que ça n'a pas de bon sens et vraiment c'est ça le point crucial. Sinon les gens vont... ça devient comme un jeu.»

Malgré qu'ils se disent soit loin des familles éplorées, ils souhaitent être proactifs dans les prochaines heures. Une campagne de sociofinancement lancée sur Internet pourrait être l'idée retenue. 


De son côté, le porte-parole du Centre culturel islamique, Boufeldja Benabdallah, a passé un message clair en dénonçant tous les cas de violence faits à tous les individus. Pour M. Benabdallah aucune communauté ne doit être visée par de tels gestes.

«Je suis un être humain, je n'ai pas à défendre uniquement mon trait carré. Qu'on fasse de cet exemple quelque chose qui va nous servir pour solutionner les problèmes, contre la race, la couleur, les origines, la religion, n'importe quoi... que ce soit les LGBT, que ce soit les couleurs, on n'a pas besoin d'attaquer un groupe pour leurs accointances.»

La police de Québec augmentera la sécurité autour de la communauté musulmane dans les prochains jours et affirme scruter les réseaux sociaux. Elle invite la population à dénoncer les messages de haine qu'on peut y retrouver.

Alexandre Bissonnette réagit 

Par voie de communiqué sur l'heure du dîner, les avocats d'Alexandre Bissonnette ont exposé la réaction de leur client. Bissonnette se dit «très affecté par cet événement et est particulièrement troublé du fait que son nom soit associé à cette attaque».

Il ajoute qu'il ne cherche pas à être imité ou à servir de modèle. Il demande que «toute personne vivant des problèmes ou des difficultés en parle ou aille chercher de l'aide, chose qu'il n'a pas réussi à faire.»

 

En direct de 19:00 à 22:00
1872
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.