12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Santé mentale : un policier du SPVQ prêt à mener bataille

Santé mentale : un policier du SPVQ prêt à mener bataille

Santé mentale : un policier du SPVQ prêt à mener batailleCogeco Nouvelles

Un patrouilleur du Service de police de la Ville de Québec lance un véritable cri du coeur exaspéré par le système de santé qui libère beaucoup trop rapidement les gens en crise ou aux prises avec des problèmes psychiatriques.

Récemment condamné à un jour de suspension par le Comité de déontologie policière pour avoir enguirlandé un infirmier refusant de voir un patient, Yanick Campagna, brise le silence.

Sans vouloir excuser les blasphèmes qu'il a prononcés, et pour lesquels il a reconnu sa culpabilité, il estime que trop de patients en psychiatrie sont abandonnés.

Il explique qu'au moins 70% de son temps au travail il le passe à intervenir auprès d'individus aux prises avec des problèmes de santé mentale, et souvent les mêmes.

« Ça occupe au moins 70% de nos appels, c'est pourquoi j'interpelle les ministres de la Sécurité publique et de la Santé, parce qu'on fait plus de criminel quasiment, on pallie aux manques du système de santé. Combien ça va prendre de mort encore! »

Son ras-le-bol serait partagé par bien des collègues, selon ses dires.

M. Campagna souhaite une rencontre avec la ministre de la Sécurité publique, de même que celle de la Santé et des services sociaux, pour les sensibiliser au travail des policiers, qui ressemble de plus en plus à celui d'un travailleur social.

« Au Québec, y'a personne qui est imputable de rien à part les policiers! Les médecins qui remettent les personnes en détresse dehors... sont-ils imputables? »

En direct de 18:00 à 00:00
1457
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.