• Accueil
  • Sites de vaccination visés par les complotistes? | «Il suffit d’une ou deux personnes qui dérapent» -Marie-Ève Carignan

Sites de vaccination visés par les complotistes? | «Il suffit d’une ou deux personnes qui dérapent» -Marie-Ève Carignan

Sites de vaccination visés par les complotistes? | «Il suffit d’une ou deux personnes qui dérapent» -Marie-Ève CarignanCogeco Media
Est-ce que les groupes complotistes préparent des attaques au Québec?

13:28

Jusqu’à quel point des complotistes qui s’opposent à la vaccination pourraient poser des gestes déplacés, voire violents? La question se pose au moment où un groupe complotiste met « en accusation » pour crimes contre l’humanité le personnel des sites de vaccination.

Le journaliste Tristan Péloquin explique dans un texte publié dans La Presse que la Section antiterrorisme et mesures d’urgence du SPVM a à l’œil un groupe nommé SOS-Québec qui ferait le tour des sites de vaccination de la grande région de Montréal afin de distribuer des « lettres d’accusation ».

Des dérapages pourraient-ils survenir? L’animateur Bernard Drainville a posé la question à Marie-Ève Carignan, professeure au Département des communications de l’Université de Sherbrooke et directrice d’une Chaire de l’UNESCO spécialisée en prévention de la radicalisation.

« Je ne suis pas surprise. Ça va dans le sens de tout ce qu’on collige comme analyse et comme information depuis quelques mois », dit-elle.

« On n’a pas vu d’actes violents, mais de voir des gens qui vont remettre des lettres qui attestent d’une mise en accusation citoyenne et que le vaccin serait illégal, ce n’est pas très surprenant, parce qu’on l’a déjà vu depuis le début de la pandémie. »

Peut-on penser que la plupart des ces gens qui s’expriment haut et fort ne franchiront pas le pas afin de poser des gestes répréhensibles allant jusqu’à la violence?

« En général, la plupart des gens qui partagent des informations complotistes y croient vraiment. Ils sont engagés et investis. Il suffit d’une personne qui atteint un niveau de croyance qui la porte à un acte violent pour que ça puisse dégénérer. C’est ça qui est préoccupant. »

« Pas besoin d’un grand groupe organisé. Il suffit d’une ou deux personnes qui dérapent pour que l’on puisse assister à des événements vraiment malheureux. »

De plus, la professeure Carignan note que les leaders de ces mouvements se rapprochent d’une forme d’extrême-droite. 

On l’écoute…

Bonsoir les sportifs
En direct de 21:00 à 00:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.