Chevreuils sur Henri-IV

Les panneaux suffisent, dit le MTQ

Les panneaux suffisent, dit le MTQ
Plusieurs cerfs de Virginie se baladent quotidiennement près de l'autoroute Henri-IV Nord à Val-Bélair
FM93

Les automobilistes préoccupés par la présence de nombreux cerfs de Virginie sur une portion mal éclairée de l'autoroute Henri-IV Nord, dans le secteur de Val-Bélair, devront se contenter de panneaux de signalisation.

Les 29 incidents impliquant des cervidés recensés de 2016 à 2020, sur les 2 kilomètres qui séparent l’avenue Chauveau et la route Sainte-Geneviève, n'ont pas convaincu le ministère des Transports d'en faire davantage.

Le tronçon en rend plusieurs nerveux tôt le matin et à la tombée de la nuit puisqu'il ne compte aucun lampadaire, hormis ceux aménagés le long des bretelles d'accès.

Un carambolage a d'ailleurs été évité de peu le soir du jour du Souvenir alors qu'un pompier en civil a utilisé des feux de détresses pour prévenir les autres automobilistes qui, faute d'éclairage, apercevaient les débris à la dernière seconde sans avoir eu le temps de ralentir.

« La meilleure protection contre ce type d'accident demeure la vigilance des conducteurs. Il est impératif de redoubler de prudence à l'aube ou au crépuscule, particulièrement en juin et juillet ainsi qu'en octobre et novembre. »

L'analyse d'accidents avec la grande faune commandée par le MTQ, l'an dernier, démontre qu'une seule collision en quatre ans a fait un blessé léger dans cette zone alors que les 28 autres accidents n'ont entraîné que des dégâts matériels.

Le rapport recommande ainsi l'installation de signalisation informant de la présence possible de grande faune sur la portion de l'autoroute Henri-IV entre Chauveau et Sainte-Geneviève. Les panneaux ont d'ailleurs été installés le 13 septembre. Le MTQ n'a prévoit pas à court terme aménager de nouveaux lampadaires.

Le municipal s'en mêle

Dans une lettre envoyée au MTQ, la conseillère municipale du district de Val-Bélair, Bianca Dussault, souligne avoir été interpellée à plusieurs reprises durant la campagne électorale sur cette question. Dans son offre de collaboration, elle évoque l'idée d'aménager des passages souterrains pour la faune sauvage.

À ceux qui, comme Mme Dussault, suggèrent d'installer une clôture anti-cervidés, le ministère répond qu'il ne s'agit pas d'un site prioritaire. Les deux principaux facteurs qui mènent à cette catégorisation étant la fréquence des accidents avec la grande faune et un indice de gravité élevé.

Le MTQ note en terminant que les mesures d'atténuation « comportent toutes certains avantages et inconvénients » et que malgré les moyens mis de l'avant, les risques de collisions « demeurent présents. » 

Avec la collaboration de Jean-Simon Bui

Les amateurs de sports
En direct de 20:00 à 00:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.