• Accueil
  • Échanges avec Poutine: Trump dit «ne rien avoir à cacher»  

Échanges avec Poutine: Trump dit «ne rien avoir à cacher»  

Échanges avec Poutine: Trump dit «ne rien avoir à cacher»   Photo: AP
Le président américain Donald Trump

Le comportement du président Donald Trump a tant préoccupé les forces de l'ordre américaines dans les jours suivant le limogeage du directeur du FBI, James Comey, qu'il a été soupçonné d'être au service du Kremlin, a rapporté samedi le New York Times. Par ailleurs, le Washington Post a indiqué qu'il aurait cherché à dissimuler les détails de ses conversations avec son homologue russe Vladimir Poutine.

Le quotidien new-yorkais a cité sous le couvert de l'anonymat d'anciens agents et d'autres personnes familières avec l'enquête lancée sur le président américain.

Cette enquête a obligé les services de contre-espionnage à évaluer si Donald Trump constituait une potentielle menace pour la sécurité nationale. Ils ont également cherché à déterminer s'il travaillait délibérément à l'encontre des intérêts américains ou s'il s'était accidentellement laissé influencer par Moscou. 

«Le New York Times nous a appris que le président a fait l'objet d'une enquête du FBI. Pas des membres de son entourage, des proches conseillers ou des ex-employés, non. Donald Trump lui-même a été sous enquête par la police fédérale américaine parce qu'il était soupçonné de travailler pour le compte de la Russie, volontairement ou non. Ce n'est pas toutes les années qu'on voit un président des États-Unis être soupçonné d'une telle chose. Fait surréel, Trump a appelé durant une émission en direct à Fox News, samedi soir, afin de se défendre à propos de ces soupçons... Étrangement, il n'a jamais nié une telle implication avec les Russes. Il a seulement dit que c'était très insultant d'être soupçonné de collaborer avec eux.» 

« Je n'ai rien à cacher [...] C'est tellement ridicule », a-t-il dit samedi soir dans cet entretien téléphonique avec la chaîne Fox News.

Ajoutons que Trump a qualifié de « ridicule » un article du Washington Post affirmant qu'il aurait cherché à dissimuler les détails de ses conversations avec son homologue russe Vladimir Poutine, allant même jusqu'à confisquer les notes de son interprète.

James Comey

Quant à l'enquête du FBI, les autorités ont donc été poussées à investiguer le comportement du président dans la foulée du congédiement de James Comey en mai 2017, lorsqu'il avait semblé établir un lien entre ce renvoi et l'enquête sur la collusion de son entourage avec la Russie.

L'avocat de M. Trump, Rudy Giulani, dit qu'il n'a jamais eu vent de cet aspect de l'enquête, ouverte il y a un an et demi— ce qui signifie à ses yeux qu'«ils n'ont rien trouvé».

Rappelons que Donald Trump a réagi à la nouvelle samedi matin en écrivant sur Twitter que la direction du FBI avait ouvert une enquête «sans raison et avec aucune preuve».

L'enquête du FBI se penche plus globalement sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle qui a porté Donald Trump au pouvoir — et sur la possible complicité de l'équipe de campagne de ce dernier.  

La Grand-Messe du rock

La Grand-Messe du rock

avec François Jacques

En direct de 10:00 à 18:00
1455
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.