• Accueil
  • Récréations: la Fédération des syndicats de l'enseignement en a «contre la façon de faire»

Récréations: la Fédération des syndicats de l'enseignement en a «contre la façon de faire»

Récréations: la Fédération des syndicats de l'enseignement en a «contre la façon de faire» iStock / grifare

La Fédération des syndicats de l'enseignement déplore ne pas avoir été consultée avant l'annonce par le ministre Jean-François Roberge, mardi, des deux récréations obligatoires de 20 minutes à l'école primaire dès septembre.

La présidente de la fédération Josée Scalabrini trouve cet objectif louable, mais elle craint de voir les enseignants accorder plus de temps à la surveillance des élèves qu'à l'enseignement.

Mme Scalabrini a réagi au micro de Paul Arcand, sur les ondes du 98,5 FM, mercredi matin.

«C'est un geste louable de faire bouger les enfants c'est bien, c'est sain et même on peut en profiter en classe souvent. Encore une fois, ce qu'on va dénoncer c'est la façon dont ça se fait. On arrive avec ça comme un cheveu sur la soupe, on dit dès l'an prochain, il faut que ça se passe. Il y a des raisons pour lesquelles ça ne se passait pas à date. Il y a des raisons pour lesquelles il y avait des difficultés et là, on y va avec une prescription que ça devra se faire.»

Les commissaires Pierre Curzi et Patrick Lagacé ont poursuivi le débat un peu plus tard pendant un de leurs segments de l'émission de Paul Arcand.

«On ne peut pas le faire parce que ci, parce que ça, écoute t’as juste l’air de chiquer de la guenille, sérieusement. Là-dessus, choisissez vos batailles les syndicats...  Je l’écoutais (Mme Scalabrini) ce matin et je trouvais que c’était un désastre de relations publiques.»

Doc Mailloux et Josey

Doc Mailloux et Josey

avec Josey Arsenault

En direct de 09:30 à 11:00
3463
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.