• Accueil
  • Signes religieux: le Québec pris au piège par un problème inexistant, selon Jean Chrétien 

Signes religieux: le Québec pris au piège par un problème inexistant, selon Jean Chrétien 

Signes religieux: le Québec pris au piège par un problème inexistant, selon Jean Chrétien Photo Michael Ignatieff
Jean Chrétien

«Tout le monde était furieux que je dise des choses comme celle-là, mais il s'est avéré que j'avais raison. Je savais que le gars de Shawinigan s'en fichait éperdument.»

Jean Chrétien estime que la classe politique québécoise est «prise au piège» parce qu'elle est engagée dans un débat inutile sur un problème inexistant.

L'ancien premier ministre du Canada fait allusion aux accommodements à l'endroit des minorités religieuses.

Il prévoit que la controverse provoquée par le nouveau gouvernement québécois qui veut interdire le port de signes religieux pour les employés de l'État en position d'autorité va s'estomper petit à petit.

Selon Jean Chrétien, le bon sens finira par prévaloir.

Comme une auto prise dans la neige

«Vous vous souvenez quand tout le monde était pris au piège dans le débat sur la société distincte, (j'ai dit) "Nous sommes coincés dans la neige. Que doit-on faire lorsque nous sommes coincés dans la neige? Se détendre, (rouler) un peu vers l'avant, un peu vers l'arrière et finalement vous êtes de retour sur la route», a-t-il illustré. Tout le monde était furieux que je dise des choses comme celle-là, mais il s'est avéré que j'avais raison. Je savais que le gars de Shawinigan s'en fichait éperdument.»

Les Québécois et les autres Canadiens ont fini par se calmer et sont passés à autre chose, et M. Chrétien prédit que c'est ce qu'il adviendra également du débat sur les accommodements religieux.

«Ça va disparaître naturellement.»

En direct de 20:30 à 00:00
1466
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.