• Accueil
  • Avions Boeing 737 MAX: «Le ministre Garneau met sa crédibilité en jeu»

Avions Boeing 737 MAX: «Le ministre Garneau met sa crédibilité en jeu»

Avions Boeing 737 MAX: «Le ministre Garneau met sa crédibilité en jeu»PC
Marc Garneau

Alors que plusieurs pays européens ont choisi de clouer au sol les avions de type Boeing 737 MAX, le Canada évalue toujours la situation.

Depuis mardi, tout l'espace aérien européen est maintenant fermé au modèle d'avion de Boeing impliqué dans un écrasement dimanche en Éthiopie.

Le Canada n’a pas encore décidé d’emboîter le pas.

Le ministre des Transports, Marc Garneau, a maintenu mardi matin qu'il fallait attendre les résultats de l'enquête.

 

«On n’a pas de nouvelles informations, mais en même temps, j’ai dit à mon groupe de travail que je veux que toutes les options soient sur la table, incluant celle de clouer les avions au sol. Mais je ne veux pas sauter à des conclusions avant qu’on puisse vraiment évaluer clairement la situation»

«Le ministre Garneau met sa crédibilité en jeu, je pourrais même dire sa tête sur le bûché. Lui, il dit qu’on peut continuer. C’est un dossier qui a pris une saveur mondiale»  

Actions préventives

Le NPD a réclamé que des actions préventives soient prises de la part du ministre des Transports Marc Garneau dans ce dossier.

En entrevue avec Paul Houde au 985FM, le chef adjoint du parti, Alexandre Boulerice a invité le gouvernement à étudier la sécurité de l'appareil pendant que les avions restent au sol, comme ailleurs dans le monde.

«Je pense que les considérations financières et économiques ne doivent pas primées, mais plutôt de dire qu’il semble y avoir un problème avec cet avion. Étudions, regardons les boîtes noires, faisons une enquête avant de leur permettre de retourner dans le ciel»  

L'écrasement d'un 737 Max dimanche en Éthiopie a causé la mort de 18 Canadiens.

En direct de 06:00 à 07:00
4683
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.