• Accueil
  • La SQDC est la risée du marché noir

La SQDC est la risée du marché noir

La SQDC est la risée du marché noirFM 93
Échantillon de l'inventaire de Guillaume

Alors que la Société québécoise du cannabis fait grimper ses prix, offre des salaires mirobolants à ses hauts-dirigeants et peine à maintenir son inventaire, les vendeurs du marché noir observent d'un oeil amusé la tentative étatique de contrôler la substance.

Guillaume* vend du cannabis depuis 17 ans. Il s'approvisionne auprès d'un fournisseur qui lui, achète en grande quantité directement du producteur, le crime organisé. Il est ce qu'on pourrait qualifier de vendeur intermédiaire.

D'emblée, Guillaume fustige l'expérience client à la SQDC. 

« Tu peux pas toucher, sentir, voir le produit. Partout ailleurs au Canada, comme à Amsterdam dans les coffee shops, il y a des échantillons pour les clients. »

L'absence d'un centre de distribution dissuade par ailleurs les petits producteurs de faire affaire avec la société d'État.

De toute façon, les prix de la SQDC ne sont même pas près d'être compétitifs selon Guillaume.

« Le prix moyen est autour de 8 $ le gramme à la SQDC. Moi je le vends 6 $, et ils ont même pas cette qualité-là. »

Son conseil à la SQDC ? 

« Abandonnez la SQDC. C'est tout. Donnez ça au privé et ramassez les taxes. Y ont compris ça dans les autres provinces. »

En direct de 14:00 à 18:00
1063
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.