• Accueil
  • Proposition du PQ pour l'exception de l'anglais à l'embauche | «Il faut plutôt faire la promotion du français»

Proposition du PQ pour l'exception de l'anglais à l'embauche | «Il faut plutôt faire la promotion du français»

Proposition du PQ pour l'exception de l'anglais à l'embauche | «Il faut plutôt faire la promotion du français»Photo: La Presse canadienne
Le chef parlementaire et porte-parole du PQ en matière de langue française, Pascal Bérubé

Le chef parlementaire et porte-parole du Parti Québécois (PQ) en matière de langue française, Pascal Bérubé, a déposé en Chambre le projet de loi 591, qui modifie la Charte de la langue française de façon à rendre exceptionnelle l'exigence de la connaissance de l'anglais à l'embauche. Une action plutôt futile, selon les commissaires Alexandre Taillefer et Luc Ferrandez. 

Ainsi, l'employeur devra dorénavant démontrer que cette connaissance est nécessaire.

En fait, le projet de loi prévoit que pour exiger une connaissance ou un niveau de connaissance spécifique d'une langue autre que le français, l'employeur doit démontrer deux choses : que la participation aux activités usuelles liées au poste, d'une part, et que l'accomplissement de la tâche, d'autre part, nécessite une telle connaissance.

La décroissance : réelle solution à la crise environnementale ?

7:59

«Rendre exceptionnelle l’exigence de la connaissance de l’anglais lors de l’embauche, c’est ridicule. Franchement. L’Office de la protection de la langue française continue à ostraciser la langue anglaise. Ce qu’on devrait plutôt faire, c’est faire la promotion de la langue française. Il faut créer une agence de promotion de la langue française. On a besoin de gens qui vont poser des gestes positifs.»

«Je n’ai pas trop compris pourquoi Pascal Bérubé a et le PQ proposent le projet de loi 591. C’est déjà écrit dans la Charte de la langue française. C’est beaucoup de boucane. Pourquoi alors? C’est la course à la chefferie au PQ, et le parti veut se réapproprier des dossiers qui lui ont été subtilisés par la Coalition avenir Québec. [...] Il faudra toutefois rester vigilant au sujet de la langue parlée par les immigrants qui arrivent à Montréal, à la maison et au travail.»  

En direct de 10:00 à 14:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.