• Accueil
  • Prestation canadienne d'urgence | Des commerçants enfreignent la loi pour attirer des employés

Prestation canadienne d'urgence | Des commerçants enfreignent la loi pour attirer des employés

Prestation canadienne d'urgence | Des commerçants enfreignent la loi pour attirer des employésCogeco Nouvelles
La PCU pousse des commerçants à «payer au noir» leurs employés!

4:55

La PCU pousse des commerçants à «payer au noir» leurs employés!

Les effets pervers de la Prestation canadienne d'urgence. Valérie Lebeuf a fouillé le dossier pour nous.

Détails

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) continue des donner des maux de tête aux employeurs.

Des commerçants vont jusqu'à enfreindre la loi pour attirer des employés. 

C’est le cas d’un propriétaire d’une boutique de Trois-Rivières qui s’est confié sous le couvert de l’anonymat à Cogeco Nouvelles. L’homme d’affaires a réussi à ramener ses employés au travail... avec un stratagème illégal.

« J’ai même appelé mon député Jean Boulet pour lui dire que je fraudais le gouvernement. J’ai parlé à son attaché de presse et je lui ai dit que je n’ai pas d’employés parce qu’ils ne veulent pas rentrer au travail. Je les fais rentrer et je mets leur temps en banque. Je n’ai pas le droit, mais je le fais pareil. Sinon, je fais quoi? Je mets la clé dans la porte? »

Plusieurs commerçants disent également à avoir eu toutes les misères du monde à convaincre les employés d’abandonner la PCU et de revenir au travail. C'est le cas de Josée Dubé, qui possède la crémerie Dairy Queen située sur la rue Jarry dans le quartier Villeray, à Montréal.

« J'ai eu des employés qui étaient sur la PCU et qui voulaient continuer de la conserver. J'ai dû leur dire qu'ils devaient y renoncer et que s'ils ne revenaient pas, ils allaient perdre leur place. Ils ont décidé de revenir, mais ça a pris une couple de semaines avant qu'ils prennent la décision. »

Le directeur général du Conseil québécois du commerce de détail, Stéphane Drouin, dit avoir eu vent de plusieurs histoires d'employeurs « en détresse » en raison des conséquences de la Prestation canadienne d'urgence.

La PCU permet aux travailleurs admissibles d'avoir accès à une prestation imposable de 2 000 dollars versée toutes les quatre semaines pendant une période pouvant aller jusqu’à six mois.

À LIRE AUSSI | « La PCU commence à être plus toxique qu'autre chose » - François Gagnon

En direct de 00:00 à 03:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.