• Accueil
  • Tramway | Labeaume accuse le gouvernement d'avoir bafoué une entente

Tramway | Labeaume accuse le gouvernement d'avoir bafoué une entente

Tramway | Labeaume accuse le gouvernement d'avoir bafoué une ententeVille de Québec
Le maire Labeaume avait-il vraiment une entente avec le gouvernement sur le tramway? Pas selon les infos de Jérôme...

19:17

Le maire de Québec clame haut et fort qu'il avait une entente de principe en décembre dernier avec le gouvernement Legault pour y aller de l'avant avec un tracé de tramway raccourci.

Régis Labeaume dit être «parti pour les Fêtes le coeur léger», mais qu'au début février le ministre Bonnardel lui a fait comprendre que l'entente ne tenait plus.

Il allèguent que deux élus s'étaient entendus pour que le tracé se termine à la hauteur de la 41e rue économisant ainsi 220M$.

Une économie qui aurait pu être réinvestie dans des voies dédiées ou un prolongement du tramway jusqu'à D'Estimauville évalué à 450M$.

Il invite le gouvernement Legault à revenir à cette entente sans quoi il estime à deux ans les retards avant de lancer la construction.

«Je pense que cette proposition-là était la bonne. Nous l'avons acceptée. Pour des raisons que j'ignore, ç'a été refusé au début de l'année. Ceci dit, nous avions un accord!»

Tramway et CAQ : Régis Labeaume dévoile des confidentialités... en désespoir de cause ! - Jonathan Bernard, Journaliste FM93

9:06

Le maire Labeaume, qui s'était entendu avec le ministre des Transports pour ne pas négocier sur la place publique, dit que la récente sortie du premier ministre Legault l'accusant de ne pas être flexible l'oblige à lever le couvert de la confidentialité.

Il dit vouloir rétablir les faits, surtout que cette accusation qu'il qualifie de «spéciale» est survenue au lendemain d'une rencontre avec le ministre Bonnardel.

Rencontre lors de laquelle il s'est fait présenter quatre scénarios, dont un «plus probable» qui écartait les secteurs Legendre, Limoilou et Charlesbourg.

Un scénario qui aurait eu pour effet de couper de moitié le tracé et forcer le bureau de projet à trouver un nouveau site pour accueillir le centre d'entretien.

«Bon, inutile de vous dire qu'il n'était pas question d'accepter cette proposition sur la gueule! Ça ne fonctionne pas comme ça, et je ne pouvais pas aller plus loin avec cette proposition sans avoir entre les mains des documents. Il était impossible d'accepter ça.»

Le premier magistrat de la Ville de Québec aurait signifié au ministre des Transports sa méfiance, bien qu'il continue à croire en sa bonne foi.

«Il n'y aura plus de réunion tête-à-tête, parce que c'est très malsain... Y'a pas de témoin. Ça fait en sorte qu'on se trouve dans des situations où c'est sa parole contre la mienne ou inversement.»

Le Hockey des Canadiens
En direct de 19:30 à 23:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.