• Accueil
  • Réunion d'urgence: le variant Omicron inquiète

Réunion d'urgence: le variant Omicron inquiète

Réunion d'urgence: le variant Omicron inquiète

Variant Omicron: malgré l'appel de l'Organisation mondiale de la santé à garder les frontières ouvertes, des pays ferment ou restreignent l'accès à leurs frontières.

C'est notamment le cas du Japon qui a annoncé aujourd'hui qu'il suspendait l'entrée des visiteurs étrangers dès demain.

Aussi, l'Australie a annoncé aujourd'hui suspendre la réouverture des frontières prévue mercredi.

Pourtant les scientifiques avertissent qu'il n'est pas clair si ce variant est plus alarmant que les autres versions du coronavirus.

L'OMS rappelle aussi que la fermeture des frontières a un effet limité sur la propagation et que Omicron est déjà présent dans plusieurs pays.

Aux États-Unis, le conseiller médical en chef du président le docteur Antony Fauci a indiqué qu'il faudra environ deux semaines pour obtenir des informations claires sur la transmissibilité, la sévérité et autres caractéristiques de ce variant.

Un expert à Hong Kong a fait savoir que les deux personnes qui avaient testé positives au variant omicron avaient reçu le vaccin de Pfizer et montraient des symptômes légers, tels qu'un mal de gorge.

De même un médecin sud-africain qui a été un des premiers à suspecter ce nouveau variant, indique aujourd'hui que jusqu'à maintenant les symptômes des personnes atteintes sont légers et peuvent être soignés à la maison.

Réunion d'urgence

Les ministres de la Santé du G7 se réunissent en urgence à Londres AUJOURD'HUI face à l’inquiétude suscitée par le nouveau variant Omicron de la Covid-19, qui continue à se propager à travers le monde. 

Des cas liés à la nouvelle souche ont été détectés à travers les pays membres, du Canada à l’Italie, en passant par la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

Le nouveau variant présente beaucoup plus de mutations que le variant Delta actuellement dominant.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a estimé à « deux à trois semaines » le délai nécessaire aux laboratoires pour déterminer s’ils doivent adapter leur vaccin, appelant à renforcer les mesures sanitaires pour « gagner du temps ».

 

Quart de nuit
En direct de 00:00 à 03:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.