• Accueil
  • Cannabis durant la grossesse : «Plus on fume souvent, plus les risques sont élevés»

Cannabis durant la grossesse : «Plus on fume souvent, plus les risques sont élevés»

Cannabis durant la grossesse : «Plus on fume souvent, plus les risques sont élevés» iStock / AtnoYdur

Les propos d’Annie-Claude Bertrand qui a affirmé que la consommation de cannabis pendant sa grossesse l’avait soulagé de plusieurs maux de grossesse ont énormément fait réagir.

En entrevue avec Paul Arcand mercredi, la co-fondatrice de «Mother Mary» ou «Mère-Mari», Annie-Claude Bertrand, a affirmé que la consommation de cannabis au quotidien était une aide précieuse pour de nombreuses mamans.

Évidemment, ces propos ont énormément fait réagir.

Dre Marie-Ève Morin, médecin de famille œuvrant en dépendances et fondatrice de la clinique Caméléon à Montréal, a rappelé que les risques associés à la consommation régulière de cannabis durant la grossesse étaient bien connus.

 

«Grossesse ou pas, fumer ne sera jamais un geste de santé qu’on fume du persil, du tabac ou du cannabis ou du crack»

«On les connaît les risques associés à la consommation de cannabis durant la grossesse. Ça commence même avant la grossesse. Le cannabis peut diminuer la fertilité, ça peut modifier les cycles menstruels et la quantité et la qualité des spermatozoïdes»    

«Pendant la grossesse, on parle de risques de petits poids à la naissance, de prématurité, de diminution de la circonférence crânienne et de retards de croissance. Après l’accouchement, ce sont des risques de troubles cognitifs, de troubles d’attention et hyperactivité et impulsivité»

«La dose faite le poison. Plus on fume souvent, plus on fume une grande quantité, plus les risques sont élevés. Peut-être y-a-t-il des bénéfices à fumer du cannabis, mais comme pour l’alcool, on ne connaît pas la dose sécuritaire, donc on prône l’abstinence»

Dre Morin admet que le cannabis peut possiblement soulager des femmes qui souffrent de divers maux pendant la grossesse comme les nausées, l’anxiété et les troubles du sommeil. Mais comme la dose sécuritaire n'est pas connue, elle suggère aux femmes de discuter avec leur médecin pour soulager ces maux d’une autre façon.

Elle recommande également le centre Image affiliée à l’hôpital Sainte-Justine qui regroupe des pharmaciens spécialisés dans les toxicités médicamenteuses durant la grossesse.

«Je ne suis pas en train de dire que le cannabis va entraîner des malformations physiques. On parle plus de problèmes au niveau cognitif. En faisant une revue de la littérature, tous les sites avec des experts médicaux sont d’avis qu’il y a des risques. Les seuls sites qui vantent les vertus du cannabis durant la grossesse, ce sont des sites commandités par des compagnies de cannabis»

Ségal le midi

Ségal le midi

avec Myriam Ségal

En direct de 11:00 à 14:00
1438
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.