12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope outline12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close16x16 spotify12x12 arrow left outline12x12 arrow right outline16x16 link12x12 photo outline16x16 google podcasts16x16 apple podcasts
  • Accueil
  • COVID-19 au Chili | Entre pandémie et crise sociale

COVID-19 au Chili | Entre pandémie et crise sociale

COVID-19 au Chili | Entre pandémie et crise socialeGetty Images
La ville de Santiago, au Chili
La ville de Santiago, au Chili, est en quarantaine.

8:25

La ville de Santiago, au Chili, est en quarantaine.

Entrevue avec la Québécoise Camille Proulx, résidente de Futaleufú

Détails

Les mesures visant à contrer le coronavirus ne sont pas les mêmes d’un pays ou d’un continent à l’autre. Au Chili, la capitale Santiago est désormais en quarantaine.

Au micro de Paul Houde, Camille Proulx, une Québécoise qui vit dans le petit village de Fataleufu, explique la situation dans ce pays d’Amérique du Sud.

« La pandémie est très centralisée dans la région métropolitaine. Ce n’est pas un bilan très reluisant », dit-elle.

« Les mesures de santé face à la crise ont été assez tardives. Jusqu’à la semaine dernière, la ville de Santiago n’était pas en quarantaine. Depuis le mois de mai, on a un couvre-feu, de minuit à cinq heures du matin.

« Ça a limité les rassemblements. Les bars ont fermé, mais à Santiago, les gens ont continué à devoir traverser la ville, à aller dans les métros… Même avec le port du masque, ça a été super difficile de contrôler la crise sanitaire. »

Et le climat économique avait déjà mené à une crise sociale avant l’arrivée du coronavirus. Rien pour arranger les choses.

« Les premiers cas sont survenus au moi de mars et le mois de mars a été très chaud au niveau de la contestation sociale. La crise a mené au report du référendum constitutionnel. Les gens étaient déçus et avaient de la rancœur.

« La plupart des exigences de la population chilienne concernant la santé… Ça devient de plus en plus évident que le système de santé, tel qu’il est, ne fonctionne pas.

« Une des premières mesures de la crise sanitaire, ça a été de mettre un prix pour l'examen de la COVID, de 75 $ à 200 $ » 

En direct de 05:00 à 06:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.