• Accueil
  • Hausse des cas de coronavirus à Québec | «Ce sont des patients plus jeunes que lors des deux premières vagues»

Hausse des cas de coronavirus à Québec | «Ce sont des patients plus jeunes que lors des deux premières vagues»

Hausse des cas de coronavirus à Québec | «Ce sont des patients plus jeunes que lors des deux premières vagues»Getty Images/E+/ Tempura
Le virus de la COVID-19 poursuit sa progression fulgurante dans la région de Québec.

19:34

Le virus de la COVID-19 poursuit sa progression fulgurante dans la région de Québec.

Un intensiviste témoigne et un restaurateur aussi.

Détails

Avec Bernard Drainville Dans Drainville PM

En entrevue avec Bernard Drainville, le Dr Mathieu Simon a expliqué à quel point cette troisième vague était inquiétante à Québec. 

Lors de son point de presse mercredi, le premier ministre Legault a qualifié la hausse des nouveaux cas de coronavirus à Québec, Lévis et Gatineau «d’exponentielle», ce qui l’a forcé à mettre ces trois villes «sur pause» pendant 10 jours.

Pour bien comprendre ce qui se passe sur le terrain, Bernard Drainville s’est entretenu avec le Dr Mathieu Simon, chef de l'unité des soins intensifs de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

«Il y a deux semaines, on pensait fermer nos unités de soins intensifs dédiés aux patients atteints de COVID. C’était le parfait bonheur, on avait 30 nouveaux cas par jour dans la ville. Et là, j’admets un patient aux soins intensifs aux 12 heures et ça continue de progresser. On va être obligé de suspendre des interventions pour des chirurgies cardiaques ou de cancer»

«Ce sont des patients qui sont plus jeunes que lors des deux premières vagues. Ils arrivent au dernier moment parce qu’il y a de la négation à la maison. Ils se retrouvent directement aux soins intensifs tellement ils arrivent malades avec des besoins d’oxygène qui sont immenses. Très clairement, on a affaire à une vague qui est beaucoup plus vicieuse que les deux premières. C’est un variant beaucoup plus transmissible» 

«Très clairement, les gens prennent les mesures sanitaires beaucoup plus à la légère. On a jusqu’à 50% des symptomatiques qui ne vont pas se faire dépister. Ces personnes vont faire leur épicerie en portant leur masque à moitié. Il y a une déresponsabilisation de la population, un relâchement complet. Et c'est le prix qu'on paye»

Bonsoir les sportifs
En direct de 21:00 à 00:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.