12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • «Je me sens comme un septième joueur» - Diane Bibaud

«Je me sens comme un septième joueur» - Diane Bibaud

«Je me sens comme un septième joueur» - Diane Bibaud98,5 FM
Diane Bibaud à son poste au Centre Bell

Si vous avez assisté à un match des Canadiens de Montréal au Forum de Montréal, au Centre Molson ou au Centre Bell depuis 1987, vous connaissez Diane Bibaud. Ou, du moins, vous l’avez déjà entendue jouer à l’orgue.

Cela fait maintenant 32 ans que Diane Bibaud est l’organiste de l’équipe de hockey, un rêve qu’elle chérissait dès l’enfance. Pour obtenir ce poste, elle est tout simplement montée au bureau de Serge Savard était alors le directeur général de la formation montréalaise, comme elle l'a expliqué à Catherine Beauchamp.

Si la jeune Diane Bibaud voulait ardemment «jouer» pour les Canadiens, ce n'était pas exactement le plan de ses parents adoptifs.

« Je m'en allais en médecine. Sur son lit de mort, ma mère m'a dit: « Tu veux être musicienne? Je te le permets. » Je n'ai pas de famille. Ni frères, ni soeurs, mais ma famille, c'est le public. »

Pour ce qui est de son intérêt envers les Canadiens, il remonte à très loin dans sa vie.

« À huit ans, mon père et sa famille regardaient le hockey en commandant du St-Hubert: 374-2150. Je m'en rappellerai toujours... C'était la Soirée du hockey tous les samedis. J'ai l'impression que c'est ça qui m'a introduit au Canadien. »

Diane Bibeau a une formation en musique classique, un baccalauréat de l'Université McGill en piano. Elle donne des cours d'orgue et gère un magasin de musique. Pour ce qui est de la sélection du répertoire, elle admet qu'il y a des incontournables.

 

« Il y a des classiques comme Les Canadiens sont là. C'est sûr que quand ils perdent, je ne joue pas ça. Ce sont des thèmes que tout le monde, de 7 à 77 ans, peut comprendre. La musique, on n'est pas obligés de parler, c'est universel.

« Il faut toujours que ça soit des musiques up-tempos. Je ne jouerai pas des tounes de mortalité. Ça, c'est fait pour les églises. C'est une religion pareil, mais c'est pour les églises. Je suis toujours là pour pomper la foule et je me sens comme un septième joueur. »

En direct de 05:30 à 09:30
1916
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.