• Accueil
  • Les Rays veulent explorer la garde partagée

Les Rays veulent explorer la garde partagée

Les Rays veulent explorer la garde partagéePC

Mercredi soir, le Tampa Bay Times a publié un article qui a fait réagir à Montréal.

Dans le texte, on y explique que le maire de St. Petersburg, Rick Kriseman a indiqué que le propriétaire des Rays, Stuart Sternberg, lui avait formellement demandé s’il pouvait explorer l’idée d’une garde partagée des Rays avec Montréal.

L’entente entre les Rays et la ville empêche l’équipe de jouer des matchs à l’extérieur de St. Pete. Elle empêche aussi Sternberg de débuter des négociations avec d’autres villes sans le consentement du maire.

Malgré trois rencontres, depuis que l’idée de la garde partagée a été acceptée par le baseball majeur, c’est la première fois que Sternberg demande officiellement à la ville de lui permettre d’explorer le projet de Montréal.

Jusqu’à maintenant, aucune entente n’avait été enfreinte, étant donné que Sternberg disait publiquement que l’idée n’était que pour 2028, lorsque le bail qui force les Rays à jouer au Tropicana Field sera terminé. Ceci dit, il avait tout de même admis que dans un monde idéal, la garde partagée avec Montréal débuterait en 2024.

Ce qui n’est pas clair dans l’article, c’est si Kriseman a répondu de façon positive. Cela serait surprenant puisque dans plusieurs apparitions publiques, le maire avait indiqué qu’il n’était pas question que les Rays jouent la moitié de leurs matchs à Montréal.

Et maintenant?

Même si pour le moment, il n’y a rien de concret qui s’est réglé, les choses pourraient commencer à débouler au niveau des négociations.

La ville de St. Pete a de gros plans pour le site où est présentement situé le Tropicana Field. Le 98,5 Sports vous avait d’ailleurs dévoilé en exclusivité les images des plans de la ville. Le premier plan incluait un nouveau stade pour les Rays en plein cœur du nouveau développement.

Le plan B n’incluait pas de stade, advenant le départ du club pour le centre-ville de Tampa ou même ailleurs.

 

Les grues sont prêtes, ne reste plus qu’à décider lequel des deux plans sera retenu. La ville est anxieuse de procéder à la première pelletée de terre. Le problème, c’est que Sternberg a son mot à dire dans ce développement. Il possède même des parts dans ce projet. S’il désire faire suer la ville, il peut s’engager à respecter son bail jusqu’en 2027 et faire attendre tout le monde.

De son côté, Kriseman peut forcer les Rays à jouer au Tropicana Field et pas ailleurs, malgré des foules plus que décevantes et un club qui agonise.

En fait, ce qu’il faut comprendre, c’est que de voir les Rays jouer au Tropicana Field pour encore huit ans n’est pas idéal pour personne, ni la ville ni les Rays. Et c’est là que les négociations débutent.

Et comme me l’a récemment indiqué un membre influent du dossier du retour des Expos sur cette question, « quand vous avez deux partis qui ont quelque chose à gagner dans des négociations, il y a toujours là les ingrédients pour une entente. »

Dossier, à suivre, comme d’habitude…

En direct de 10:00 à 14:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.