12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope outline12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close16x16 spotify12x12 arrow left outline12x12 arrow right outline16x16 link
  • Accueil
  • Rays : La valse des négos peut commencer à St. Pete

Rays : La valse des négos peut commencer à St. Pete

Rays : La valse des négos peut commencer à St. PeteGetty Images North America/ Brian Blanco

Mercredi après-midi, le maire de St. Petersburg, Rick Kriseman, a officiellement mis la hache dans le projet loufoque de garde partagée des Rays entre Tampa et Montréal.

L’interdiction de permettre aux Rays de poursuivre les démarches avec Montréal est venue sans surprise pour ceux qui suivent le dossier de près.

Même si Stephen Bronfman et le propriétaire des Rays, Stuart Sternberg, continuent de dire qu’ils croient en ce projet, il est assez clair que ce n’était qu’une manœuvre appuyée par le baseball majeur pour mettre de la pression sur la ville de St. Pete.

Kriseman a aussi ajouté qu’il n’était pas question que la ville étudie la possibilité de construire un nouveau stade pour un club à temps partiel, et avec raison.

La porte est toujours ouverte aux Rays pour ce qui est de la construction possible d’un stade au même emplacement qu’actuellement, mais seulement si les Rays veulent y jouer des saisons complètes.

Le hic, c’est que les Rays ne veulent rien savoir de bâtir un nouveau stade à St. Pete, là où le club agonise depuis deux décennies. Sternberg l’a confirmé lors d’un point de presse en juin dernier. Selon lui, bâtir un nouveau stade au même endroit pour y disputer 81 matchs est impensable.

Pire encore, Kriseman était prêt à permettre aux Rays de continuer à chercher un lieu dans la grande région de Tampa, mais les Rays ont indiqué à la ville que ce ne serait pas nécessaire.

Les Rays ont monté un projet de stade à Ybor City (plus près du centre-ville de Tampa) qui a pris plus de deux ans à préparer, seulement pour aussi voir cette autre idée tomber à l’eau il y a un an. Clairement, les Rays ont le sentiment d’avoir fait le tour du jardin dans ce secteur. C’était leur troisième projet de ce type qui échouait.

Maintenant quoi?

Kriseman a indiqué dans sa lettre que les Rays devront respecter leur bail jusqu’à la fin de 2027. Mais la menace s’avère plus un bluff qu’autre chose. La ville de St. Pete a un énorme projet de développement pour le site du vieux Tropicana Field et les grues n’attendent que le feu vert pour débuter les travaux.

Tel que rapporté en primeur l’an dernier par le 98,5 Sports, la ville possède deux plans pour le site, l’un avec un nouveau stade pour les Rays et l’autre sans stade si les Rays déménagent.

Plan avec stade

Source: Plan avec stade

Plan sans stade

Source: Plan sans stade

Vue actuelle du site avec le Tropicana Field

Source: Vue actuelle du site avec le Tropicana Field

Le propriétaire des Rays Stuart Sternberg possède des parts dans ce projet. Il a son mot à dire quant à son développement.

Il n’y a donc véritablement personne qui gagnerait à ce que les Rays demeure au Tropicana Field jusqu’en 2027. Le maire veut procéder rapidement aux travaux, Sternberg ne veut plus jouer dans ce stade désuet et le commissaire du baseball Rob Manfred perd patience aussi. Il l’a sévèrement indiqué dans une lettre publique publiée il y a un an.

Selon les informations du Tampa Bay Times, Kriseman aurait quand même l’intention de débuter les travaux sous peu, commençant par l’extrémité la plus éloignée du stade. Mais tel que stipulé plus haut, Sternberg à son mot à dire dans tout cela.

Lorsque questionné par le Times à propos de ce désir de la ville de débuter bientôt les travaux, le directeur général des Rays Matthew Silverman a indiqué que le club n’était pas d’accord et qu’il était important de savoir où s’en allait la situation des Rays avant de commencer l’ouvrage.

C’est clair que Sternberg ne donnera aucun accord à la ville pour débuter les travaux, surtout pas après le refus qu’il a essuyé mercredi. La ville aura des bâtons dans les roues, gracieuseté de son partenaire Stu Sternberg.

D’ailleurs, le président des Rays Brian Auld a indiqué au Times que son club n’avait aucune intention de briser son bail, et que les Rays demeureraient en place au Tropicana Field jusqu’en 2027 s’il le fallait. Donc les deux côtés bluffent.

Maintenant, c’est de savoir qui bougera le premier. Qui est plus pressé de voir les Rays quitter le Tropicana Field, Sternberg et son problème d’assistance, ou Kriseman avec ses grues qui attendent le feu vert?

Les négociations

Il semble assez clair que Sternberg offrira ses parts et sa participation dans le projet immobilier à la ville, en retour d’une résiliation immédiate du bail au Tropicana Field. De cette façon le stade pourra être démoli bientôt, la ville pourra procéder avec son projet et Sternberg sera libre de quitter St. Pete.

À mes yeux, c’est Kriseman qui demeure dans une situation plus précaire, car même s’il signe cette entente avec les Rays pour permettre à son projet d’aller de l’avant, il demeurera le maire qui aura laissé filer les Rays. Un œil au beurre noir qu’il n’a sûrement pas le goût de garder dans son cv.

Finalement, si ces négociations n’avancent pas non plus, les Rays ne ferment pas la porte à des tactiques moins diplomatiques pour régler leur différend avec la ville.

Toujours dans l’entrevue donnée au Times, Auld indique : « Si le dilemme persiste, nous serons forcés d’utiliser des méthodes de ‘non-coopération’ avec la ville de St. Petersburg. »

C’est donc un jeu de chat et la souris qui pour l’instant n’a pas encore démontré qui sera le premier à flancher.

En direct de 10:00 à 18:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.