• Accueil
  • Kim Clavel | Du ring à la première ligne de soins

Kim Clavel | Du ring à la première ligne de soins

Kim Clavel | Du ring à la première ligne de soinsPhoto Facebook Kim Clavel
Kim Clavel boxeuse professionnelle de retour à son poste d'infirmière

9:22

De boxeuse dans le ring à infirmière sur la ligne de front, Kim Clavel a simplement changé d'adversaire.

La boxeuse qui devait être à l’affiche de la carte de boxe du promoteur GYM au Casino de Montréal le 21 mars, est désormais de retour à sa première formation professionnelle.

Embauchée par l’agence de placement Premier soin, la Québécoise a parlé de son « retour au jeu » dans le milieu de la santé avec Mario Langlois.

« J’ai commencé à travailler le jour où je devais livrer mon combat. Avant, je travaillais à l’hôpital de Joliette. Maintenant, je suis à Montréal et il y avait beaucoup de demandes dans les CHSLD dans les régions de Montréal, Laval, Terrebonne… En ce moment, c’est ce que je fais. Je me promène dans tous les CHSLD. Je vais prendre soin de nos chères personnes âgées. »

Kim Clavel admet qu’au-delà de tous les risques liés au Covid-19, la solitude demeure le talon d’Achille de nos aînés.

« La pandémie et l’isolement ont les plus gros effets présentement. Il y a plusieurs personnes qui tombent malades. Mais le côté psychologique chez les personnes âgées est très important.

« Certains ont des déficits cognitifs assez avancés. Ils n’ont plus de visites, mais ils ne comprennent pas trop pourquoi. Ils ont beaucoup d’anxiété. Ce sont des crises à gérer, c’est de consoler, de rassurer… J’ai vu des gens pleurer, se laissez aller.

« Eux, tout ce qui leur reste, si l’on peut dire, à 85 ou 90 ans, c’est la petite visite aux deux jours ou une fois par semaine de leur fille (ou de leur garçon). Ils n’ont plus ce moment-là.

« Ils se demandent combien de temps va durer la pandémie, combien de temps le confinement va durer et ils se disent : « Peut-être que je ne reverrai plus jamais mes enfants. »

L'athlète ne demeure pas moins très heureuse d'avoir repris du service.

« Je suis contente de faire ça. Je me sens utile. Je sens que je peux faire une différence. Je suis contente de donner un coup de main à toutes les infirmières, à toutes les infirmières auxiliaires, aux préposés…

«C'est un travail d'équipe et c'est juste en équipe qu'on va conquérir cette guerre-là. »

En direct de 10:00 à 18:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.