La LCF songe à choisir deux villes hôtes

La LCF songe à choisir deux villes hôtesJohn E. Sokolowski

Comme plusieurs circuits professionnels l'envisagent, la Ligue canadienne de football songe à désigner deux villes où l'on réunirait les équipes de la ligue pour la reprise des activités.

Selon le réputé journaliste de TSN Farhan Lalji, le ligue réfléchirait à sélectionner une ville dans la conférence de l’Est et une ville dans la conférence de l’Ouest, dans le but de recommencer à jouer des matchs.

Le commissaire de la LCF Randy Ambrosie indiquait pas plus tard que la semaine dernière, que la saison était en péril et que des matchs à huis clos seraient pratiquement impossibles à organiser. La LCF n’a tout simplement pas les reins assez solides pour rendre le projet viable.

La LCF a aussi demandé au gouvernement fédéral un prêt, en forme de partenariat, de 150M$, dans le but de permettre à la vieille ligne de passer au travers la pandémie.

Autre problème à l’horizon

Si le gouvernement accepte d’aider la LCF, les joueurs américains obtiendront-ils aussi une compensation?

Lorsque questionné à ce sujet par le journaliste Rick Westhead de TSN, le député à la Chambre des communes du Canada Peter Fragiskatos, avait ceci à dire.

« Je trouverais ça alarmant que cet argent se retrouve dans les poches de joueurs américains. Les sommes sont censés être là pour aider les Canadiens et le Canada. »

Ce n’est clairement pas ce que voulaient entendre les joueurs d’origine américaine. 

Le quart des Lions de la Colombie-Britannique Mike Reilly a répondu par la bouche de ses canons sur Twitter.

« Ce que je trouverais alarmant c’est que l’on pense ça des joueurs américains. Je paye mes taxes ici depuis 10 ans, j’ai deux filles qui sont toutes les deux Canadiennes et j’ai donné des centaines d’heures de ma vie pour venir en aide à des organismes communautaires d’ici. Comme tous les autres joueurs américains de la LCF. »

Après avoir fait un suivi avec le député de Saskatoon Kevin Waugh, ce dernier a indiqué qu’Américain ou pas, si le joueur demeure au Canada, il aura droit à l’aide du gouvernement.

Reilly n’était toujours pas satisfait, indiquant que peu importe où vit en permanence le joueur, il est employé au Canada, paye ses taxes au Canada et fait partie de la même association de joueurs et devrait donc avoir les mêmes droits que les autres.

 

En direct de 10:00 à 18:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.