• Accueil
  • Grand Prix d'Autriche | Tassez-vous les mononcles!

Grand Prix d'Autriche | Tassez-vous les mononcles!

Grand Prix d'Autriche | Tassez-vous les mononcles!

« Tasse-toi mononcle ! » : cette controversée publicité d’un constructeur automobile a marqué les esprits au Québec. Vingt ans plus tard, on s’en rappelle tous. La même formule pourrait s’appliquer à la F1, où le changement de la garde est bel et bien amorcé, comme nous l’a démontré ce Grand Prix d'Autriche ennuyeux, sauvé par une fin aussi échevelée que rocambolesque.

La dernière décennie aura été celle de deux pilotes : Sebastian Vettel et Lewis Hamilton. De 2010 à 2019, l’Allemand et le Britannique se sont partagés la couronne de champion; seul Nico Rosberg a réussi à s’interposer en 2016, pour aussitôt prendre sa retraite.

Vettel n’est plus l’ombre de lui-même : il ne s’est jamais remis de sa désastreuse dernière saison chez Red Bull. Oui, bien sûr, il a remis Ferrari sur ses rails à son arrivée, en 2015; mais on n’a jamais revu le Vettel dominant et imperturbable des années Red Bull. Le quadruple champion du monde est devenu ultra-sensible à la pression, accumulant les gaffes tout en blâmant toujours les autres.

Pendant ce temps, Hamilton enfilait les championnats, au point de s’approcher des records de Schumacher – ces mêmes records qu’on disait hors de portée ! Le sextuple champion peut encore réécrire l’histoire : il n’a rien perdu de sa vitesse et il pilote toujours, jusqu’à preuve du contraire, la meilleure monoplace du plateau. Mais il a 35 ans et il sent le souffle des Leclerc, Verstappen et Albon dans son cou. Avec ce dernier, ça s’est d’ailleurs mal terminé pour une deuxième fois en autant de courses, avec la même sanction à chaque fois. La pression ?

Même Bottas n’est plus une jeunesse : le Finlandais aura 31 ans le mois prochain et il entame sa huitième saison de F1. Si c’est lui qui a gagné ce Grand Prix inaugural haut la main, il faut néanmoins préciser que Verstappen était déjà hors-course au 11e tour et que derrière les inatteignables Mercedes, ce sont les jeunes qui ont fait le spectacle : Albon, Norris, Leclerc… Et n’oublions pas Lance Stroll, qui méritait mieux qu’un abandon pour une bête défaillance mécanique : le Canadien a été solide tout le week-end, en qualifs comme en course.

L’ère Verstappen-Leclerc

Malgré une Ferrari larguée en performance pure, Leclerc a une fois de plus montré qu’il était le nouveau leader de la Scuderia. Si les années 2010 ont été celles de Vettel et Hamilton, la décennie qui s’amorce sera celle de Leclerc et Verstappen – à la condition, évidemment, qu’ils évitent de faire de mauvais choix, comme l’ont fait Jacques Villeneuve ou Fernando Alonso.

Alexander Albon et Lando Norris ont aussi concrétisé les espoirs placés en eux: le premier aurait dû terminer sur le podium et le second a bénéficié de la pénalité infligée à Perez pour y accéder. Souvent rapide en qualifications la saison dernière, Norris manquait de combativité en course; en Autriche, il a été irréprochable, concluant un week-end parfait avec le meilleur tour.

Même s’il en est déjà à sa 6e saison de F1, Max Verstappen n’a que 22 ans (23 en septembre); Leclerc et lui n’ont qu’un mois de différence. Albon vient d’avoir 24 ans, Norris aura 21 ans en novembre et son futur ex-coéquipier, Carlos Sainz, confirmé la saison prochaine chez Ferrari, aura bientôt 26 ans. L’Espagnol a terminé 5e en Autriche.

N’oublions pas les Français : même s’il a été peu visible lors de cette première course, personne ne doute du potentiel d’Esteban Ocon et son compatriote, Pierre Gasly, a récolté de précieux points en terminant 7e. Ocon et Gasly ont respectivement 23 et 24 ans. Ajoutons à cette liste le Britannique George Russell, que Mercedes a jugé assez bon pour l’intégrer à sa filière. En attendant, il se fait les dents avec l’atroce Williams, ce qui forme le caractère.

Et nos Canadiens ? Il est trop tôt pour se prononcer sur le cas Latifi mais force est d’admettre que sa feuille de route est bien mince. Contrairement à Lance Stroll, le Torontois n’a jamais gagné de championnats dans les rangs mineurs et il doit sa présence en F1 uniquement à la fortune paternelle. Lance Stroll, de son côté, dispose maintenant de la meilleure monture depuis ses débuts en F1; il n’en tient donc qu’à lui de montrer qu’il mérite sa place – ce qu’il a d’ailleurs fait en Autriche.

Y aura-t-il un sursaut de la vieille garde lors du prochain Grand Prix ? Réponse dimanche prochain. Même heure, même place.

En direct de 19:00 à 21:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.