Impact : Le Toronto FC est juste trop fort

Impact : Le Toronto FC est juste trop fortPhoto: AP/John Raoux
L'attaquant du Toronto FC, Ayo Akinola
Une défaite crève-cœur pour l'Impact. Qu'est-ce qui s'est passé?

8:02

L’Impact avait besoin d’un bon résultat jeudi soir face au Toronto FC pour obtenir de meilleures chances dans le tournoi MLS is Back! Malheureusement, l’Impact s’est incliné 4-3 devant un adversaire clairement plus fort que lui.

Même si le TFC manquait deux éléments importants - Jozy Altidore et Jonathan Osorio - le Toronto FC a clairement été le meilleur des deux clubs sur le terrain.

Alignement étonnent

De manière semblable au match de la semaine dernière, Thierry Henry nous a surpris avec un alignement non conventionnel. Il n’y avait que trois défenseurs de formation dans l’alignement partant, dont les jeunes joueurs Emmanuel Maciel et Shamit Shome. 

Les réguliers du 11 partant, comme Rod Fanni et Bojan Krkic, ont été laissés de côté.

Cette stratégie n’a pas fonctionné. Encore une fois, le club a eu l’air désorganisé. Contre la Nouvelle-Angleterre, l’Impact avait de la difficulté à se porter à l’attaque de manière convaincante, il a été pris à défaut défensivement contre Toronto.

Le jeune Luis Binks, qui a normalement l’habitude d’avoir Fanni et Rudy Camacho (absent en raison de la naissance de son enfant) à ses côtés, semblait un peu perdu. 

Binks a finalement été remplacé par Fanni en début de première demie, mais le mal était fait, puisque le TFC avait déjà marqué trois buts.

Pas de fatigue chez le Toronto FC 

Le TFC n’a manifesté aucune fatigue en deuxième demie.

Lors de l’entrée en jeu de Laurent Ciman à la 59e minute, Greg Vanney a demandé à ses joueurs de se ménager. Laisser le ballon à l’Impact et rester derrière pour défendre, voilà une stratégie qui est devenue le mot d’ordre chez le TFC.

Elle a d’ailleurs bien fonctionné pour Toronto, qui s’est limité de jouer sur une moitié de terrain pendant que l’Impact, comme c’est souvent le cas, ne savait pas trop quoi faire avec le ballon.

Les entrées en jeu d’Anthony Jackson-Hamel et de Bojan ont mené à deux bonnes chances de marquer, mais à chaque fois, le gardien Quentin Westberg a été en mesure de faire les arrêts clés.

Une situation plus que compliquée

L’Impact demeure donc au dernier rang de son groupe, n’ayant accumulé aucun point après deux matchs. 

Les chances de voir l’Impact passer au prochain tour sont très minces.

Plusieurs matchs devront tourner à la faveur de l’Impact pour que l’équipe demeure en vie lorsqu’elle disputera son dernier match de la phase de groupe, mardi, face au DC United.

Il faut tout d’abord que United fasse match nul ou perde ce soir face au Revolution…

Qui est ce jeune Akinola?

Après une performance de deux buts d’Ayo Akinola lundi face au DC United, le jeune Canadien a récidivé contre l’Impact jeudi : il a réussi rien de moins qu’un tour du chapeau. 

Akinola a profité de l’absence d’Altidore pour se mettre en lumière, et il n’a pas raté sa chance. L’Ontarien, qui a fait son apprentissage avec le club réserve du TFC, en a mis plein la vue. 

En 34 matchs avec le TFC2, Akinola a marqué 17 buts en 34 matchs USL.

Contrairement aux jeunes Canadiens formés par l’Impact, Akinola a pleinement profité de la plateforme de l’équipe réserve de son équipe pour monter graduellement les échelons du club.

Il sera intéressant de voir si l’équipe nationale canadienne arrivera à le convaincre de joindre ses rangs, lui qui n’a toujours pas arrêté son choix à propos de sa carrière internationale. Il pourrait aussi choisir les États-Unis, puisqu’il est natif de Detroit.

En direct de 00:00 à 03:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.