98.5 Sports
Grand Prix de Grande-Bretagne

La tache

La tache

Ç’aurait pu être un grand moment. Ç’aurait dû en être un.

Lewis Hamilton qui gagne son Grand Prix national pour la huitième fois devant une foule en liesse, obtenant ainsi la 99e victoire de sa carrière; une victoire d’autant plus méritoire que le septuple champion du monde a surmonté une pénalité de 10 secondes. Autant d’ingrédients qui garantissent la postérité d’une course.

Et pourtant, cette journée a été entachée par un accident qui, d’une part, aurait pu avoir des conséquences graves, voire funestes; et qui, d’autre part, risque de saboter ce qui s’annonçait comme une grandiose lutte au sommet.

Comme c’est malheureusement trop souvent le cas en Formule 1, le duel tant attendu, tant espéré, a de fortes chances de dégénérer et de nous montrer le pire de la course automobile : des pilotes incapables de se battre à la régulière, se sortant de piste et s’accusant ensuite mutuellement par médias interposés.

La F1 dans ce qu’elle a de plus laid, comme à l’époque de la rivalité Prost-Senna. Ou encore, même si ce ne fut pas aussi intense, à celle de la difficile cohabitation entre Piquet et Mansell; Vettel et Webber; Hamilton et Alonso; Hamilton et Rosberg. Avions-nous vraiment besoin de ça ?

Malheureusement, nous en sommes là. La faute à Lewis Hamilton, diront ses haters, aveuglés par leur mauvaise foi (ou autres motivations encore moins nobles). A priori, les commissaires semblent leur donner raison puisqu’ils lui ont imposé une pénalité. Ce n’est pourtant pas l’avis de bon nombre de pilotes, qui n’ont vu là qu’un incident de course.

Hier encore, cet accrochage, imputable aux deux protagonistes, n’aurait jamais fait l’objet d’une sanction; hélas, la F1 est en train de se couvrir de ridicule en se poliçant comme jamais auparavant, avec des permis à points et des pénalités à gogo. L’antithèse de la course automobile.

Cela dit, tant Hamilton que Verstappen ont gâché ce qui s’annonçait comme une course d’anthologie. Ils ont privé les fans d’un duel épique, qu’on aurait bien voulu voir durer le plus longtemps possible; souhaitons seulement qu’ils ne gâchent pas la deuxième moitié de la saison.

Une victoire de Lewis Hamilton n’aura jamais autant de valeur que s’il bat Max Verstappen à la régulière et vice-versa; le meilleur pilote des 15 dernières années affronte celui qui sera sans doute le meilleur des 15 prochaines. Ce serait vraiment dommage de ruiner ce moment magique.

L’Histoire retiendra que, le 18 juillet 2021, Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne pour la huitième fois. Mais si l’affrontement entre Max Verstappen et lui dégénère, elle retiendra aussi que cette date a marqué le début de la guerre.

Stroll sauve son week-end

En récoltant de précieux points avec une 8e place, Lance Stroll a racheté un week-end qui s’annonçait désastreux. Qualifié 15e vendredi, soit cinq places derrière son coéquipier Vettel, le pilote montréalais a été invisible lors de la course-sprint du lendemain, terminant au 14e rang.

À l’inverse, cela s’annonçait très bien pour Vettel, remonté en 8e position sur la grille de départ grâce à une brillante performance lors du sprint. C’est pourtant le pilote canadien qui a sauvé les meubles pour Aston Martin, en faisant ce qu’il fait de mieux : prendre un bon départ et éviter les incidents. Évidemment, on pourra toujours arguer qu’il aurait pu récolter encore plus de points s’il s’était mieux qualifié mais soyons honnête : il n’avait pas la monture pour devancer la Ferrari de Sainz et encore moins les McLaren de Norris et Ricciardo. Mission accomplie, donc.

Élu « Pilote du jour », Charles Leclerc, l’a bien mérité, cette fois - contrairement au Grand Prix de Styrie, où il avait été impliqué dans deux accrochages. Les connaisseurs savent très bien que la Ferrari se situe une bonne coche sous les Red Bull et Mercedes; de plus, celle de Leclerc a connu des ennuis électroniques pendant la course. Le Monégasque a « surconduit » sa voiture, ce qui est la marque des grands, au point de passer à un cheveu de remporter ce Grand Prix.

Si vous pensez que ça joue dur entre Hamilton et Verstappen, vous n’avez rien vu : Mad Max et Leclerc sont des rivaux depuis le karting et le jour où Ferrari sera au même niveau que Red Bull – comme c’était le cas en 2019 –, ça risque de chauffer, mes amis…

 

Les gros #1
En direct de 10:00 à 18:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.