• Accueil
  • Boxe Canada a écarté un entraîneur adjoint en raison de propos déplacés
98.5 Sports
Tokyo 2021

Boxe Canada a écarté un entraîneur adjoint en raison de propos déplacés

Boxe Canada a écarté un entraîneur adjoint en raison de propos déplacés
Photo: La Presse canadienne

TOKYO — L’entraîneur adjoint John Mbumba n’est plus dans les bonnes grâces de Boxe Canada.

Selon ce que La Presse Canadienne a appris, celui qui accompagnait Daniel Trépanier et la délégation canadienne de cinq boxeurs aux Jeux olympiques de Tokyo aurait tenu des propos déplacés à l’endroit de membres de la délégation à la suite de leurs performances. Seules Tammara Thibeault et Caroline Veyre ont remporté un combat avant de s’incliner à leur deuxième du tournoi olympique.

Mbumba aurait effacé ses propos depuis. Son compte Twitter ne compte aucune inscription, tandis que sa dernière publication sur son compte Facebook remonte au mois de mai dernier.

Une personne au sein de la délégation canadienne a confirmé à La Presse Canadienne que Mbumba a tenu des propos «qui n'ont pas leur place sur les réseaux sociaux dans les valeurs des entraîneurs au niveau du sport canadien».

«Le Comité olympique canadien fait un très bon travail et j'aimerais qu'on les laisse travailler», a ajouté cette source, ne souhaitant pas commenter davantage ce dossier.

Rejoint par La Presse Canadienne, l’attachée de presse de Boxe Canada à Tokyo a indiqué que «l’équipe jugeait que d’avoir Sam (Samir El-Mais) dans le coin de Tammara pour son deuxième combat assurerait une meilleure performance».

Elle a ajouté que l’équipe était au courant de certaines publications sur les réseaux sociaux, que l’attachée n’avait toutefois pas lues. Comme des athlètes étaient toujours en compétition, l’équipe a jugé qu’il valait mieux retirer ces publications qui pouvaient nuire à leur concentration.

Boxe Canada est «à réviser cette situation», a-t-elle conclu.

Du côté de la fédération nationale, la responsable communications, marketing et événements de l’organisme, Eleni Siganos, n’a pas voulu commenter davantage l’affaire.

«Nous n’avons rien d’autre à ajouter à ce point-ci. Boxing Canada est train d’évaluer la situation afin de la traiter d’une manière appropriée», a-t-elle indiqué dans un échange de courriels.

Une brève réaction

Aussi rejoint par courriel, le Comité olympique canadien a offert une brève réaction lundi matin.

«Équipe Canada appuie la décision prise par Boxe Canada», a simplement indiqué Éric Myles, chef du Sport au COC.

Mbumba, qui était avec Trépanier dans le coin des boxeurs canadiens pour tous leurs combats, n’était pas présent lorsque Thibeault a livré son quart de finale des 75 kg contre la Néerlandaise Nouchka Fontijn, le 31 juillet.

Il y était pour son premier combat du tournoi ainsi que pour ceux de Mandy Bujold, de Myrian da Silva, de Veyre et de Wyatt Sanford, seul boxeur de la délégation.

Samir El-Mais l’a remplacé dans le coin de Thibeault pour son dernier combat.

L’histoire n’est pas sans rappeler celle qui a touché Rugby Canada. 

L’entraîneur Jamie Cudmore a été congédié par la fédération canadienne il y a quelques jours à la suite d’une série de gazouillis ridiculisant l’équipe féminine.

L’ancien joueur, qui était l’entraîneur adjoint de l’équipe masculine de rugby des garçons de moins de 15 ans en plus de diriger le programme national de développement, s’en est pris à l’équipe féminine de rugby à sept à la suite de son exclusion du tournoi olympique.

Dans des propos peu élogieux sur son compte Twitter, retirés depuis, Cudmore a sévèrement critiqué les joueuses canadiennes, qui n’ont pas pu répéter leurs exploits des Jeux de Rio de Janeiro, alors qu’elles étaient montées sur la troisième marche du podium.

Cudmore avait toutefois présenté ses excuses quelques heures après avoir retiré ses propos, ce que Mbumba n’a encore pas fait.

Les gros #1
En direct de 10:00 à 18:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.