Aller au contenu
Une lettre aux parents fait réagir

Enseignante désignée par «mix» plutôt que madame: enquête policière en cours

Enseignante désignée par «mix» plutôt que madame: enquête policière en cours
Extrait de la lettre en question / FM93

Une enquête policière est en cours en lien avec des propos injurieux, diffamatoires et menaçants à la suite de la publication, sur les réseaux sociaux, d'une lettre expliquant à des parents qu'une enseignante désire qu'on utilise le mot « mix » plutôt que « madame » pour la désigner. 

Écoutez l'équipe de Trudeau-Landry parler d'une communication aux parents très particulière, provenant de l'école de Richelieu, obtenue par Jérôme.

Les enfants de 5e année de deux groupes d'une école de la Montérégie auront une remplaçante une fois par cycle, s'identifiant comme « Mix ». Ce terme désigne un titre de civilité non-genré.

La missive explique que « Mx se prononce « Mix » et est un titre de civilité qui est l'équivalent non-genré ou neutre des titres de civilité « madame » et « monsieur », et est employé entre autres pour désigner les personnes non-binaires (dont l'identité de genre se situe en dehors du système binaire homme/femme) et les personnes qui préfèrent tout simplement qu'on ne réfère pas à leur genre lorsqu'on s'adresse à elles. »

La directrice de l'établissement mentionne: « Lors de la journée de la rentrée, j'expliquerai à votre enfant que Mx sera le titre à privilégier pour s'adresser à Mx Martine. Nous aurons une discussion sur l'ouverture, les différences, les appellations de genre, etc. Mx Martine nous invite à utiliser le féminin pour parler d'elle (le pronom non-genré 'iel" étant parfois difficile d'utilisation à cause des contraintes de la langue française). Il lui fera plaisir d'ailleurs de nous guider à travers cet apprentissage de façon respectueuse et inclusive. »

Appelée à réagir, la direction du Centre de services scolaires des Hautes-Rivières indique qu'elle offre le soutien et  l’accompagnement nécessaire au personnel et à la direction de l’école. 

«Certaines personnes nous ont informés être en désaccord avec la démarche. Toutefois, ce qui semble préoccuper davantage les parents, ce n’est pas la lettre, mais plutôt les propos inacceptables provenant de certaines personnes qui ce sont permis de la diffuser et de la commenter sur les réseaux sociaux.» affirme Me Céline Falardeau, directrice du Service des affaires juridiques et des communications. 

Écoutez le segment complet dans l'extrait ci-dessus.

Abonnez-vous à l’infolettre du FM93!Abonnez-vous à l’infolettre du FM93!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Jérôme Landry

Éric Duhaime vient d'envoyer une lettre à Luc Robitaille
Les meilleurs moments de Trudeau-Landry du 27 février
La SQ qui débarque à Québec: «ils sont venus en appui à ce que le SPVQ a fait»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Dupont le matin
En direct
En ondes jusqu’à 10:00